jeudi 29 octobre 2020
A VOIR

|

Edouard Fritch prépare une mission à Paris pour appuyer la demande d’un soutien de l’État à la Polynésie

Publié le

Alors que l'économie a été particulièrement affaiblie par la crise, les appels du gouvernement polynésien à l'Etat restent sans réponse ou presque.

Publié le 18/06/2020 à 11:59 - Mise à jour le 18/06/2020 à 17:16
Lecture 2 minutes

Alors que l'économie a été particulièrement affaiblie par la crise, les appels du gouvernement polynésien à l'Etat restent sans réponse ou presque.

Ce jeudi, le président du Pays a souligné la particularité de la séance à l’assemblée : « Nous allons étudier le compte administratif 2019 du Pays qui traduit un état économique et financier exceptionnel, tel que nous ne l’avions jamais vécu. Mais tout cela est passé au second plan avec la crise sanitaire de la COVID-19 qui a sérieusement mis à mal notre économie en ce début d’année avec des effets qui perdureront. »

Il a rappelé les dispositions qui ont dû être prises pour éviter la propagation du virus en Polynésie, et l’impact sur l’économie. Edouard Fritch a également expliqué que, « le gouvernement a sollicité le soutien financier de l’Etat dès le début de la crise sanitaire en accompagnement de nos efforts à tous. »

Mais le président explique la difficulté du gouvernement à faire entendre la voix de la Polynésie en métropole : « Serions-nous victimes de la bonne gestion de nos deniers publics polynésiens conduisant ainsi certaines hautes administrations à minimiser nos besoins d’accompagnement ? Serions-nous aussi victimes d’un filtre lointain qui considère les collectivités françaises du Pacifique comme similaires et indissociables alors que nos économies, notre exposition internationale et nos défis, tout comme nos aspirations, sont profondément différents ? », questionne le président du Pays.

« Le projet de modification de la loi de finances rectificative nous indique un montant de garantie de l’Etat à hauteur de 28,64 milliards Fcfp à l’étude par le Parlement national. Concrètement, la demande globale du pays aura donc été considérée pour sa moitié à ce stade, explique le président.
Je ne suis pas homme à baisser les bras ni à me soustraire à mes responsabilités. Si l’exercice doit se faire en deux temps nous le ferons. »

Edouard Fritch a annoncé préparer « une mission économique et financière que je souhaite mener à Paris dès le mois de juillet pour préparer, justifier, soutenir, expliciter et obtenir le soutien que nous avons demandé au plus haut niveau de l’Etat. »

infos coronavirus