mercredi 15 juillet 2020
A VOIR

|

Retour de la houle à Teahupoo : les surfeurs au rendez-vous

Publié le

Les accros de la glisse avaient rendez-vous ce samedi, à Teahupoo. Ils étaient nombreux à profiter toute la matinée de la grosse houle du Sud qui a touché depuis hier soir la côte ouest de Tahiti.

Publié le 30/05/2020 à 17:29 - Mise à jour le 30/05/2020 à 17:29
Lecture 3 minutes

Les accros de la glisse avaient rendez-vous ce samedi, à Teahupoo. Ils étaient nombreux à profiter toute la matinée de la grosse houle du Sud qui a touché depuis hier soir la côte ouest de Tahiti.

Michel Bourez, Jérémy Florès, Kauli Vaast ou encore la famille David : les surfeurs se sont rendus très tôt ce matin dans la passe de Havae pour rider. Ils ont tous retrouvé le sourire et l’adrénaline que provoque la glisse sur la vague mythique de Teahupoo.

« Les vagues sont énormes. C’est joli à voir. C’est vraiment une belle session » confie Kévin Bourez.

Kévin Bourez (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Et avec les frontières toujours fermées, seuls les surfeurs locaux étaient de la partie. La jeune surfeuse tahitienne, Vahine Fierro, était également venue goûter au plaisir de surfer, mais malheureusement, elle a cassé une planche.

Si les touristes ne sont donc toujours pas là, les « Taxi Boat » ont tout de même rempli leurs carnets de commande. « J’ai fait mon premier tour à 7 heures, et les vagues étaient déjà belles, même si ce n’était pas aussi gros que l’on aurait pu espérer. Ce sont de très belles conditions et je suis contente pour les surfeurs. On a de la chance d’avoir cette vague qui est unique dans le monde, unique à Tahiti, et dès qu’elle est prête à nous offrir du spectacle, on a beaucoup de monde qui vient la voir. Ça fait du bien de reprendre un peu d’activité juste après le confinement » explique Cindy, capitaine de bateau.

La session aura duré une bonne partie de la journée, la baisse significative de la taille des vagues en début d’après-midi et un vent on-shore sont venus quelque peu perturber le plaisir des accros de glisse…

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

À Raiatea, des CAES se forment à la vanilliculture

Dans le cadre d’une politique de soutien aux familles nécessiteuses, une association de Tumaraa propose à ses employés en contrat C.A.E.S de bénéficier de diverses formations en échange d’un service rendu à la population.

Raiatea : un homme décède après avoir mangé du...

Un homme d’une quarantaine d’années est décédé vendredi dernier à Raiatea après avoir consommé du fugu aussi appelé "huehue". Ce poisson-globe est réputé dangereux à cause de la présence de tétrodotoxine, une neurotoxine qui attaque le système nerveux et paralyse les muscles.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV