mercredi 1 avril 2020
A VOIR

|

Boxe : victoire du Boxing Club Uzès face à Taiarapu BC

Publié le

La première rencontre internationale organisée par le club Ah Min s’est tenue mardi soir à Vairao. Les boxeurs du club d’Uzès se sont imposés dans les trois combats opposés aux représentants du Taiarapu Boxing club. Le public de la Presqu’île ont pu assister a du beau spectacle.

Publié le 27/11/2019 à 13:40 - Mise à jour le 27/11/2019 à 15:15
Lecture 2 minutes

La première rencontre internationale organisée par le club Ah Min s’est tenue mardi soir à Vairao. Les boxeurs du club d’Uzès se sont imposés dans les trois combats opposés aux représentants du Taiarapu Boxing club. Le public de la Presqu’île ont pu assister a du beau spectacle.

Premier combat de cette rencontre internationale : Brandon Carrascosa face à Billy Tetuaroa vert en – 69 kg. D’entrée de jeu, le rythme est soutenu. Brandon donne une belle opposition à son adversaire. L’enfant du fenua, quant à lui, ne lâche rien jusqu’au bout des trois rounds, mais son manque d’expérience fera la différence. Brandon remporte le combat par décision des juges. « Le combat s’est bien passé. J’ai eu un très bon adversaire, et je le félicite. Il faut être deux pour faire un bon combat. J’ai mis en place la tactique du coach, et cela a marché. L’objectif, c’était de faire de la belle boxe, de se régaler, de ne pas chercher le KO, mais de s’amuser, de boxer, tout simplement » explique Brandon.

Ayoub Aabis (à gauche) et Boyd Pia (à droite) – Crédit photo : Tahiti Nui Télévision

Dans le deuxième combat, Boyd Pia affronte Ayoub Aabis, un adversaire plus grand qui a réussi à imposer son jeu dans les deux premiers rounds. C’est dans la dernière reprise que Boyd réussit par prendre le dessus en rentrant au corps à corps. Ce sera malheureusement trop tard pour faire pencher la décision des juges en sa faveur. « Ce qui a fait la différence, c’était la distance. Je n’ai pu la casser qu’au troisième round. Il était plus grand aussi. (…) Mais c’était une belle expérience. On fera encore de notre mieux la prochaine fois » confie Boyd Pia, le boxeur de 24 ans du Taiarapu BC.

Vaihei Maruhui (à gauche) et Yanis Hallad (à droite) – Crédit photo : Tahiti Nui Télévision

Le dernier combat oppose Yanis Hallal à Vaihei Maruhi. Après trois rounds disputés, c’est le représentant d’Uzès qui l’emporte aux points. Bilan de la soirée : un sans-faute pour le club métropolitain. « Le bilan est positif, même si ne c’était pas évident pour les jeunes. Ils sont arrivés stressés, le voyage est fatiguant, et le décalage horaire joue beaucoup sur la psychologie. Mais je suis satisfait de la rencontre ce soir. On a eu des opposants d’un bon niveau » déclare Salem Maarzi, le coach.

Rendez-vous ce vendredi pour la prochaine soirée avec trois combats amateurs entre Uzès et d’autres représentants tahitiens. En tête d’affiche, un combat professionnel entre Jesse Pereteai et Hicham Osmane, qui a décroché le titre de champion de France espoir samedi dernier.

REPORTAGEOriano Tefau

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les boulangers autorisés à se déplacer durant la période...

Les boulangers et leurs personnels sont autorisés à effectuer tout déplacement lié à leurs activités professionnelles durant la période de confinement. Ils sont ainsi habilités à rejoindre leurs lieux de travail et à procéder à la livraison de pain dans les commerces, y compris pendant les heures du couvre-feu.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV