dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Covid-19 : Edouard Fritch pointe les « regroupements festifs » autour de l’alcool

Publié le

Les regroupements et les atteintes à la sécurité seraient souvent liés à l'alcool selon Edouard Fritch. Un constat qui pourrait mener les autorités à envisager le retour de restrictions sur la vente d'alcool.

Publié le 05/11/2020 à 16:24 - Mise à jour le 06/11/2020 à 10:48
Lecture < 1 min.

Les regroupements et les atteintes à la sécurité seraient souvent liés à l'alcool selon Edouard Fritch. Un constat qui pourrait mener les autorités à envisager le retour de restrictions sur la vente d'alcool.

Lors de la présentation du plan communal de sauvegarde de Pirae ce jeudi, Edouard Fritch a une nouvelle fois pointé du doigt les rassemblements, qui se poursuivent malgré les mesures pour éviter la propagation de la covid-19.

Des rassemblements festifs qui se font souvent autour de verres d’alcool selon le tavana de la commune et président du Pays : « Les regroupements festifs continuent à se faire autour de la caisse de bière, autour du pinard, tout ce que vous voulez. Donc il y a une vraie inquiétude effectivement, de la part des maires, pour la sécurité de façon générale. »

Une inquiétude accentuée par des violences envers les forces de l’ordre. Pour rappel, dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, dans le quartier Fautaua de Pirae, les policiers Nationaux ont fait face à des violences urbaines et à des jets de projectiles.

Côté chiffres, le nombre de cas ne semble pas baisser depuis la mise en place du couvre feu le 24 octobre dernier : « D’ici la fin de la semaine on va atteindre 10 000. En fin de compte, la cadence des personnes qui contractent la covid n’a pas baissé ! Nous tournons à environ 300, 350 cas par jour. »

Si un reconfinement ne semble pour l’instant pas d’actualité, de nouvelles restrictions pourraient intervenir, notamment concernant la vente d’alcool. Rien d’acté pour l’instant.

infos coronavirus

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :