jeudi 3 décembre 2020
A VOIR

|

Edouard Fritch exclut un nouveau confinement

Publié le

Le président de la Polynésie, Edouard Fritch a exclu, ce jeudi, de prendre « plus de décisions tendant à confiner » le Pays, lors de la 3eme session extraordinaire de l’Assemblée. Mais il s’est dit une nouvelle fois en « colère » contre les « irresponsables à l’origine de l’épidémie qui auront une lourde facture morale sur la conscience ».

Publié le 20/08/2020 à 11:09 - Mise à jour le 20/08/2020 à 11:30
Lecture < 1 min.

Le président de la Polynésie, Edouard Fritch a exclu, ce jeudi, de prendre « plus de décisions tendant à confiner » le Pays, lors de la 3eme session extraordinaire de l’Assemblée. Mais il s’est dit une nouvelle fois en « colère » contre les « irresponsables à l’origine de l’épidémie qui auront une lourde facture morale sur la conscience ».

Malgré le fait que la Polynésie compte désormais 190 cas de Covid-19, un nouveau confinement n’est donc pas à l’ordre du jour, a annoncé Edouard Fritch qui s’attend pourtant à ce que le nombre de personnes positives augmente dans les prochains jours.

Dans son allocution, le président du Pays n’a pas remis en cause le protocole sanitaire mis en place depuis la réouverture des frontières,« l’un des meilleurs » selon lui. D’ailleurs, à ses yeux, les touristes  ne sont pas responsables de la flambée épidémique.

« Malheureusement, un certain nombre de passagers non-touristes n’ont pas respecté le protocole (…) Ils sont allés dès les premiers jours de leur séjour se mêler à des résidents, faire la fête, sans respecter les gestes barrière. Ces passagers irresponsables et indisciplinés (…) ont généré à eux-seuls plus de 180 cas », a fulminé Edouard Fritch.

Et d’ajouter, en « colère » : « cette épidémie va mettre à mal notre économie (…) l’éducation de nos enfants. Cela fait beaucoup de dégâts pour quelques irresponsables égoïstes ».

Le président du Pays a indiqué que désormais, à l’international, la Polynésie était « considérée comme une zone infestée ». Ce qui pourrait aboutir au boycott de notre destination par certains pays.

Le nombre de visiteurs pourrait donc diminuer alors que le tourisme enregistre déjà « une baisse de 70% » par rapport à la même époque l’année dernière. « Ce n’est pas la grande affluence », a souligné le chef de l’exécutif.

« Je ferai tout pour qu’il n’y ait aucun décès », a encore dit Edouard Fritch en invitant la population à adopter les gestes barrière et à protéger les plus fragiles. « Nous devons apprendre à vivre avec la Covid-19 »,  a-t-il conclu.

infos coronavirus