samedi 10 avril 2021
A VOIR

|

Raiatea : un homme décède après avoir mangé du huehue

Publié le

Un homme d’une quarantaine d’années est décédé vendredi dernier à Raiatea après avoir consommé du fugu aussi appelé "huehue". Ce poisson-coffre est réputé dangereux à cause de la présence de tétrodotoxine, une neurotoxine qui attaque le système nerveux et paralyse les muscles.

Publié le 13/07/2020 à 16:43 - Mise à jour le 13/07/2020 à 16:51
Lecture 2 minutes

Un homme d’une quarantaine d’années est décédé vendredi dernier à Raiatea après avoir consommé du fugu aussi appelé "huehue". Ce poisson-coffre est réputé dangereux à cause de la présence de tétrodotoxine, une neurotoxine qui attaque le système nerveux et paralyse les muscles.

Vendredi 10 juillet aux alentours de 15 heures 30, les pompiers de Tumaraa sont alertés : un homme d’une quarantaine d’années est dans un état critique. L’homme aurait consommé du fugu ou huehue en tahitien, un poisson réputé pour sa toxicité.

« La personne qui nous a appelés était inquiète, elle nous a dit que l’homme avait consommé du huehue, et comme je connais les conséquences, j’ai de suite appelé le SAMU. À notre arrivée, il était conscient et avait tous les symptômes de quelqu’un qui a consommé ce poisson : raidissement de la mâchoire, douleurs sur tout le corps… Il a quand même réussi à nous dire qu’elles étaient les deux autres personnes qui en avaient mangé avec lui » nous explique Heidy Teheiura, pompier de Tumaraa,

Une évacuation sur l’hôpital d’Uturoa est très vite organisée. Mais à défaut d’antidote, le patient est décédé après son arrivée à l’hôpital. Avec lui, deux autres personnes ont aussi consommé du huehue. Elles ont été prises en charge à temps et sont sorties indemnes.

La réputation du fugu n’est plus à faire aujourd’hui. Les Japonais le préparent en sashimi, mais avec une façon bien précise de le découper. Aux Tuamotu, c’est également un plat très apprécié.

Lire aussi > Le fugu ou huehue, un mets très apprécié aux Tuamotu

Dans les autres archipels, il est de moins en moins consommé à cause de la tétrodotoxine présente dans certains de ses organes. Selon Mama Tiare, il faut le manipuler avec précaution lors de sa préparation pour éviter le drame : « C’est mon beau-frère qui en attrapait souvent, et je le voyais vider le poisson. Il faisait très attention de ne pas percer une petite poche un peu bleutée à l’intérieur des boyaux. Cette poche se situe à l’extrémité de l’intestin du poisson. Le liquide à l’intérieur est un poison mortel. C’est un poisson très savoureux ».

Les obsèques de la victime se sont déroulées aujourd’hui, à Taputapuatea.

infos coronavirus