samedi 21 mai 2022
A VOIR

|

Tahiti Xtrem Art : le niveau du MMA polynésien est monté d’un cran

Publié le

La salle de Mahina a vibré samedi soir lors de la deuxième édition du Tahiti Xtrem Arts. Le public a pu apprécier 12 oppositions de qualités soit plus de 4 heures de spectacle dans une ambiance électrique. Plusieurs champions issus de disciplines différentes se sont distingués dans l’octogone.

Publié le 17/04/2022 à 16:59 - Mise à jour le 18/04/2022 à 10:29
Lecture 2 minutes

La salle de Mahina a vibré samedi soir lors de la deuxième édition du Tahiti Xtrem Arts. Le public a pu apprécier 12 oppositions de qualités soit plus de 4 heures de spectacle dans une ambiance électrique. Plusieurs champions issus de disciplines différentes se sont distingués dans l’octogone.

Premier duel de la soirée : Teaonui Urvoy du Moorea MMA face à Ariihei Lehartel de la Black house Tahiti. Le seul combat jeunes de l’évènement où les deux adversaires sont âgés de moins 18 ans. Les frappes au visage sont donc interdites. Au terme de trois rounds de 2 minutes, c’est le champion de Taekwondo, Ariihei Lehartel qui a su prendre le meilleur sur son adversaire. Il s’impose par décision unanime : “J’ai juste appliqué les règles. (…) c’est la technique qui a joué. ne pas se faire emmener au sol, la défense etc.”

Place ensuite aux grands qui eux doivent se confronter en 3 rounds de trois minutes. Une soirée riche en rebondissements qui a vu des spécialistes de différentes disciplines sortir de leurs zones de confort et offrir du beau spectacle.

À l’image de Rowan Taurei en bleu, champion de Polynésie de boxe face à Moehau Dimier qui entame son deuxième combat de MMA. Après avoir mené les deux premières reprises, Rowan est mis en difficulté au sol.

Mais il réussit à reprendre la situation en main jusqu’au coup de gong final. Rowan remporte son premier combat de MMA par décision des juges. “Mon jeu ce soir c’était de regarder en haut (…) Ne pas aller au sol. Malheureusement à la troisième reprise, il m’a emmené au sol. Comme je menais déjà les deux premiers rounds, il fallait qu’il fasse un finish sur le troisième round au sol.

Des affrontements de qualité avec un large éventail de combinaisons pieds poings et de techniques au sol. Les athlètes ont pu s’exprimer dans l’octogone et dans le respect de l’adversaire. La carte des 12 combats concoctée par Henri Burns s’est soldée par 8 victoires par décisions, 2 égalités et 2 TKO.

infos coronavirus