vendredi 16 avril 2021
A VOIR

|

Journée internationale du sport féminin : chez les Marmouyet, le football de mère en fille

Publié le

La journée internationale du sport féminin est célébrée chaque année le 24 janvier. Pour l'occasion, nous sommes allés à la rencontre de Leila Marmouyet une des pionnières du football féminin en Polynésie et de sa petite-fille, Vaihei Samin, qui s'illustre sur les terrains en métropole...

Publié le 24/01/2021 à 13:52 - Mise à jour le 24/01/2021 à 13:54
Lecture 2 minutes

La journée internationale du sport féminin est célébrée chaque année le 24 janvier. Pour l'occasion, nous sommes allés à la rencontre de Leila Marmouyet une des pionnières du football féminin en Polynésie et de sa petite-fille, Vaihei Samin, qui s'illustre sur les terrains en métropole...

« Le foot féminin avant c’était un ensemble de copines qui voulaient jouer au foot et on s’y est mises. Pour les hommes, avant, les femmes c’était à la maison pour garder les enfants et faire le ma’a. Une femme n’avait rien à faire sur les terrains de foot, se souvient Leila Marmouyet. On n’a jamais cessé de jouer au foot, et puis après on a arrêté de jouer en association, et on a créé Tefana football féminin avec mamie Juliette. C’était la gardienne du terrain de Tefana. On s’est lancées. Là c’était vraiment la compétition. »

C’est le début d’une lignée de footballeuses. Ses filles s’épanouiront aussi dans ce sport : « Moi mes filles, d’abord je les ai mises à la danse. Elle n’aimaient pas. Donc je les ai mises au foot. Et elles s’y sont plus. »

Lire aussi : Vaihei Samin ou le ballon rond dans le sang

Aujourd’hui, sa petite-fille Vaihei Samin est un véritable symbole pour la jeunesse polynésienne. Elle évolue actuellement en métropole. « Elle est partie quand même à 15 ans. J’ai toujours voulu que ma petite-fille aille plus loin avec l’appui de ses parents. »

En juillet dernier, Maima, la fille de Leila et maman de Vaihei décède des suites d’une longue maladie. « Ma fille n’est plus là. Elle s’est sacrifiée pour sa fille. Elle n’a même pas pensé à sa maladie. Pour elle s’était sa fille, sa fille, sa fille »

« Ça fait bizarre, on n’arrive toujours pas à y croire même après 6 mois. C’est difficile à accepter mais on ne peut que vivre avec. Elle était comme ma soeur, ma meilleure amie, ma psychologue, tout, que ce soit dans le sport ou autre chose, ma maman a toujours trouvé les mots se souvient Vaihei Samin. Elle m’a toujours accompagnée, même si les matchs étaient à la Presqu’île. En France c’était compliqué mais elle a toujours voulu venir. Maintenant je sais qu’elle sera toujours avec moi et je vais continuer, pour elle. »

Pour Leila, l’avenir du football, « c’est le football féminin. Qu’elles fassent comme Vaihei, aller jusqu’au bout de leurs rêves. »

infos coronavirus