samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Une coupe pour un sourire : quand les SDF de Papeete se font coiffer

Publié le

Durant une journée, les sans-abris de la capitale ont bénéficié d’une séance de coiffure entièrement gratuite dispensée par 6 coiffeuses professionnelles, dans le cadre de leur action caritative nommée, "une coupe pour un sourire". L’objectif de l’opération : que ces démunis retrouvent le temps d’une journée, une part de leur dignité ainsi que le sourire.

Publié le 04/11/2019 à 17:47 - Mise à jour le 05/11/2019 à 16:41
Lecture 2 minutes

Durant une journée, les sans-abris de la capitale ont bénéficié d’une séance de coiffure entièrement gratuite dispensée par 6 coiffeuses professionnelles, dans le cadre de leur action caritative nommée, "une coupe pour un sourire". L’objectif de l’opération : que ces démunis retrouvent le temps d’une journée, une part de leur dignité ainsi que le sourire.

Coup de ciseaux, brushing ou encore coupe tendance, les clients du jour n’ont pas eu à prendre de rendez-vous puisque le salon, installé en face de la cathédrale de Papeete, leur est entièrement dédié pour la journée. C’est l’occasion pour la plupart de profiter d’une petite pause, dans un quotidien qui peut s’avérer des plus difficiles.

« Quand on se coiffe, notre dignité revient un peu. C’est la deuxième fois que je participe à l’opération. C’est très gentil de leur part parce que personne d’autre ne va venir nous aider à nous faire belles » confie Tepua Tamata, déléguée des sans-abris de Papeete. « Cela va faire plus d’an que je ne me suis pas coiffée. C’est carrément top ! » ajoute Lindsay Agnes, bénéficiaire d’ »Une coupe pour un sourire ».

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La première opération avait réuni 25 professionnels de la coiffure, ce qui avait permis à une centaine de démunis de la capitale de se faire coiffer. Cette année, les coiffeurs sont moins nombreux et cette action ne rencontre pas le même succès, mais l’objectif reste le même.

« On est que 6 cette année, et il y a un peu moins de SDF aussi. Le but, c’est qu’ils soient tous beaux pour les fêtes » nous dit Poema Make, coiffeuse professionnelle. « Tout est parti d’une vidéo de quelqu’un qui faisait ça en métropole : qui coiffait les sans-abris sur ses heures de repos. Et une coiffeuse d’ici, Maite, a partagé cette vidéo et nous a identifié dessus, et on a toutes répondues présentes » explique Aremiti Heriteau, coiffeuse professionnelle. « Le fait de voir des sans-abris avec le sourire, cela nous fait du bien. On rigole avec eux, on s’amuse… » dit encore Raumata Taurai, coiffeuse professionnelle.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Une coupe pour un sourire » n’aurait pas vu le jour sans la participation du père Christophe qui prend à sa charge la partie logistique. Pour la suite, le collectif ambitionne de faire de cette action caritative un rendez-vous annuel.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV