mercredi 12 août 2020
A VOIR

|

Un projet d’aménagement pour le port de pêche de Papeete

Publié le

Le plan de réaménagement du port de pêche prend forme. Devant la majorité des professionnels du secteur, le vice-président Teva Rohfritsch et le ministre de l’Equipement René Temeharo, ont présenté les premières esquisses de ce projet qui doit permettre d’optimiser les réseaux et fluidifier la circulation dans cette zone où l’activité n’a eu de cesse de se développer en 30 ans d’existence.

Publié le 08/07/2020 à 10:31 - Mise à jour le 08/07/2020 à 11:54
Lecture 3 minutes

Le plan de réaménagement du port de pêche prend forme. Devant la majorité des professionnels du secteur, le vice-président Teva Rohfritsch et le ministre de l’Equipement René Temeharo, ont présenté les premières esquisses de ce projet qui doit permettre d’optimiser les réseaux et fluidifier la circulation dans cette zone où l’activité n’a eu de cesse de se développer en 30 ans d’existence.

Le réaménagement du port de pêche est une nécessité dans le cadre du schéma de développement de la pêche hauturière. Il aura fallu quatre ans d’études pour réaliser les esquisses : « La partie mécanique d’un côté, la partie traiteur qui n’est plus au milieu du port mais à l’extérieur pour facilité l’accès pour la clientèle. La partie parking des employés a été évoquée, les opérations de débarquement, les opérations de maintenance… Depuis quatre ans, avec les cabinets d’études, on a réalisé tous les scénarios possibles. Et l’objectif ce mardi, c’était le faire valider par tous les professionnels. Ils étaient quasiment tous là. (…) Je ne souhaitais pas qu’on renouvelle les erreurs du passé où on a d’abord fait les infrastructures, et après essayé de faire rentrer les entreprises privées » explique Teva Rohfritsch, vice-Président de la Polynésie française et ministre de l’économie bleue.

Conformément à la politique sectorielle de la pêche hauturière de la Polynésie française 2018-2022, le ministre de l’Économie bleue a souhaité, en concertation avec les usagers du site, proposer un projet de réaménagement global du port destiné à optimiser son fonctionnement par des améliorations à la fois structurelles et organisationnelles.

L’objectif principal est de soutenir les performances économiques, techniques, environnementales et sanitaires du port de pêche et de réaménager en profondeur ses infrastructures dans une logique d’efficience et d’éco-responsabilité, avec à la clé une certification ISO 14001.

Au fil des évolutions de la filière palangrière, le port de pêche de Papeete a connu de nombreux aménagements entre 1993 et 2003, augmentant ainsi ses capacités de stockage et de transformation. Ces infrastructures aujourd’hui vieillissantes et obsolètes, présentent un agencement inadapté aux nouveaux enjeux de la filière en termes de croissance de la flotte et de la production. « Les constructions ont commencé en 1992, et il n’y avait pas tout ça. Il y avait juste le quai de débarquement. Et la criée, c’était un vieux bâtiment, et ça marchait bien » se rappelle Claude Davio, président du conseil d’administration du port de pêche.

Le port de pêche, c’est aujourd’hui 20 000 mètres carré. Plus de places pour les bateaux de pêche, les places de parking, ou encore les bâtiments remis aux normes… : le projet qui fait l’unanimité auprès des professionnels du secteur. « C’est un bon projet, c’est un projet nécessaire qui doit accompagner le développement économique et social. Pour moi, cela représente des facilités logistiques, cela permet de travailler dans de bonnes conditions de sécurité pour nos salariés, d’être aux normes environnementales et en terme d’écolabel également » déclare Yann Ching, gérant d’une société.

Le programme validé par les professionnels, est aujourd’hui arrêté pour un montant de 3,7 milliards Fcfp, pour une livraison des travaux attendue pour fin 2028. À noter que ce programme d’investissement prévoit une continuité de l’exploitation du site tout au long du projet.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Faa’a : le masque obligatoire dans les établissements communaux...

Le tavana de Faa'a, Oscar Manutahi Temaru, a pris un arrêté afin de prévenir et limiter la propagation du Covid-19 dans les zones où le respect de la distanciation sociale est rendu difficile par la forte fréquentation, notamment dans les établissements communaux et les espaces publics.

43 nouveaux cas de Covid-19 confirmés dimanche en Polynésie...

La première communication officielle depuis l'annonce de nouveaux cas ce week-end, vient de tomber. Nous évoquions plusieurs dizaines de cas ce lundi....

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV