dimanche 25 octobre 2020
A VOIR

|

Salon de l’auto : acheter… oui, mais à quel prix ?

Publié le

Près de 10 000 visiteurs sont attendus à cette 43e édition du salon de l’automobile. Preuve que la voiture reste le moyen de transport privilégié des Polynésiens. Mais à quel prix ? Le recours au crédit est quasiment incontournable, à condition de ne pas dépasser les taux d’endettement.

Publié le 20/09/2019 à 16:20 - Mise à jour le 23/09/2019 à 9:51
Lecture 2 minutes

Près de 10 000 visiteurs sont attendus à cette 43e édition du salon de l’automobile. Preuve que la voiture reste le moyen de transport privilégié des Polynésiens. Mais à quel prix ? Le recours au crédit est quasiment incontournable, à condition de ne pas dépasser les taux d’endettement.

Deuxième poste de dépense des ménages derrière l’alimentation, l’automobile a de beaux jours devant elle. De la petite citadine à la grosse berline coupée sport, tout le monde y trouve son compte, avec des prix variant de 1 à près de 14 millions de Fcfp. Achat utile ou achat coup de cœur : les demandes de crédit ne faiblissent pas du côté des banques.

« On se rend compte que les véhicules dits propres sont plus en vogue, et on s’aperçoit également que le montant moyen des véhicules a tendance à progresser un peu. Ce serait le signe que les gens se font plus plaisir, veulent plus de confort et d’options » explique Fred Corniglion, directeur des agences et des particuliers de la Socredo.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Des options qui ne sont pas à la hauteur de tous les portefeuilles. Crédits en cours, dépenses fixes, nombre d’enfants à charge : autant d’éléments à prendre en compte dans le calcul de son taux d’endettement avant de s’engager sur une ou voire plusieurs années. Et pas de doute, pour l’association de défense des consommateurs, Te Tia Ara, le choix d’un véhicule doit être mûrement réfléchi.

« Ceux qui veulent s’engager pour acheter une voiture, ils doivent bien réfléchir sur leur capacité de remboursement. (…) Il est certain que les gens essaient de s’acheter un moyen de se véhiculer parce qu’il n’y a pas de transports en commun. Mais il y en a qui n’ont pas le choix. Les plus démunis sont en scooter » nous dit Makalio Folikuu, membre de Te Tia Ara.

Malgré la fin de la prime à la voiture propre, le salon a enregistré en 2018 près de 1 000 ventes. Un record que les organisateurs espèrent reproduire cette année.

Article précédentMoana : pêche à Rimatara
Article suivantFenua Vibes – Pakman

infos coronavirus