A VOIR

|

Raiatea : les jeux d’échecs pour gagner en compétences

Publié le

Après les sports collectifs, la danse, le tennis de table ou encore l’atelier de percussion, le collège AMJ a intégré à ses pauses méridiennes, les échecs. Un sport intellectuel qui a conduit à un tournoi entre élèves du collège. Un projet initié par un élève 4e.

Publié le 06/06/2022 à 17:25 - Mise à jour le 07/06/2022 à 9:24
Lecture < 1 min.

Après les sports collectifs, la danse, le tennis de table ou encore l’atelier de percussion, le collège AMJ a intégré à ses pauses méridiennes, les échecs. Un sport intellectuel qui a conduit à un tournoi entre élèves du collège. Un projet initié par un élève 4e.

Aujourd’hui Silas Garnier, élève de 4e, ne joue pas. Il est là en tant que spectateur. Le jeu d’échec c’est sa passion. Cet environnement sous pression, il le connaît bien… Il est à l’initiative de ce tournoi au collège : “Il faut de la concentration pour ne pas être déconcentré par le public autour parce que là ce sont les demi-finales. Il y a tout ceux qui ont déjà participé qui sont venus. Il faut aussi de la réactivité mais pas trop pour ne pas faire des mouvements qui pourraient te faire perdre.”

Face aux échiquiers, les yeux rivés sur chaque pièce, les neurones en pleine ébullition, Nicolas, Avivi, Niuhiti et Temihuarii n’attendent qu’une chose : le moindre faux-pas de leur adversaire, pour conclure… “J’ai bougé mon pion jusqu’à la fin et ensuite j’ai récupéré ma tour pour le mettre en échec et mat”, raconte Avivi Mara élèves de 6. “Il faut réfléchir et j’aime bien. (…) je passe en finale” se réjouit Niuhiti Vernier, élève lui aussi en classe de 6e.

Au fil des rencontres, les professeurs ont constaté de réel progrès. Les échecs ont une incidence bénéfique sur toutes les autres matières… “Mettre en place une stratégie, c’est également formateur en terme de compétences. Compétences de raisonnement, de logique, même en terme d’attitude“, remarque Bruno Douville, professeur de mathématiques.

“On s’attendait au lancement du tournoi, à ce qu’il y ai une vingtaine de participants. Et puis on a été surpris. Il y en avait 56. Et beaucoup parmi eux nous ont fait la surprise de démontrer un niveau vraiment élevé“, souligne Moana Lefort, professeur de SVT.

Le tournoi se poursuit. Les prochaines rencontres opposeront Avivi Mara à Niuhiti Vernier pour la finale et Nicolas Monpas à Temihuarii Manarani pour la petite finale.