mercredi 27 octobre 2021
A VOIR

|

Partenariat entre la DPDJ et le RSMA pour la formation de la jeunesse polynésienne

Publié le

Une convention relative à la définition des modalités d’organisation et de mise en œuvre des formations dispensées par la délégation pour la prévention de la délinquance de la jeunesse (DPDJ) au profit des volontaires stagiaires du régiment du RSMA (Régiment du service militaire adapté) a été signée, courant juillet, par le Président Edouard Fritch, la ministre de la Famille, Isabelle Sachet, et le colonel Soriano, du RSMA.

Publié le 29/09/2021 à 10:52 - Mise à jour le 29/09/2021 à 11:14
Lecture 2 minutes

Une convention relative à la définition des modalités d’organisation et de mise en œuvre des formations dispensées par la délégation pour la prévention de la délinquance de la jeunesse (DPDJ) au profit des volontaires stagiaires du régiment du RSMA (Régiment du service militaire adapté) a été signée, courant juillet, par le Président Edouard Fritch, la ministre de la Famille, Isabelle Sachet, et le colonel Soriano, du RSMA.

Cette convention s’inscrit dans une volonté de former et promouvoir une jeunesse en mal d’insertion, en risque d’exclusion voire de délinquance. Et dans cette lutte contre tous les dangers qui guettent cette jeunesse, notamment celui de l’oisiveté, la DPDJ, en accord avec le RSMA, a souhaité mettre en place une formation d’agent de proximité et de prévention.

Dans ce cadre, 8 jeunes femmes et 12 jeunes hommes ont été sélectionnés par les services du RSMA et de la DPDJ et ont entrepris depuis juin une formation de 6 mois, jusqu’au 1er décembre 2021.

En plus des outils essentiels à l’insertion, tels que le permis de conduire, les connaissances sur les métiers de l’animation (BAFA 1) et autres outils, cette promotion RSMA-DPDJ a pu bénéficier d’une immersion culturelle durant 4 jours auprès des membres et sympathisants de l’association Haururu, dans le cadre exceptionnel de la vallée de la Papenoo. Un véritable centre de formation où les jeunes ont pu, entre autres, apprendre à réaliser un ahi ma’a, cultiver le taro, pratiquer la langue polynésienne, au sein de sites historiques.

Pour le RSMA-PF, ce module spécifique d’immersion culturelle est une nouveauté dans les filières de formation. Son impact auprès de la jeunesse ayant été très positif, il a été proposé de reconduire cette opération.

Rédigé par

infos coronavirus