vendredi 14 août 2020
A VOIR

|

Lycée de Uturoa : des shorts jugés trop courts, les parents en colère

Publié le

La polémique enfle sur les réseaux sociaux. Elle concerne des élèves du lycée de Uturoa à Raiatea. Certaines ont été rappelées à l'ordre pour leur tenue vestimentaire. Mais pour plusieurs familles, les restrictions vont trop loin...

Publié le 21/08/2019 à 11:20 - Mise à jour le 21/08/2019 à 16:50
Lecture 2 minutes

La polémique enfle sur les réseaux sociaux. Elle concerne des élèves du lycée de Uturoa à Raiatea. Certaines ont été rappelées à l'ordre pour leur tenue vestimentaire. Mais pour plusieurs familles, les restrictions vont trop loin...

C’est un sujet qui fait grand bruit à Raiatea : une dizaine de filles du lycée d’Uturoa ont été rappelées à l’ordre pour tenue vestimentaire non conforme au règlement intérieur de l’établissement. Indigné, Evrard Chaussoy, père de famille, monte au créneau : « Je conteste formellement cette affirmation. Je ne laisserais pas ma fille se rendre à l’école avec une tenue indécente et ce n’était clairement pas le cas. J’ai lu le règlement (…) qui disait que le short devait dépasser la moitié de la cuisse. J’ai pris des photos et j’ai répondu à l’école par un mot, photos et mesures à l’appui que le short dépassait amplement la moitié de la cuisse. »

Si Le règlement intérieur stipule bien que la longueur du vêtement doit arriver à mi-cuisse. Certains parents trouvent que la direction exagère sur certains cas. Interpellée, l’association des parents d’élèves a saisie la DGEE et la ministre de l’éducation. Pour Patrice Coupat le président, la situation est inadmissible : « Ces mêmes shorts qui l’année dernière ne posaient pas problème, en posent cette année juste parce que le règlement intérieur a été modifié. Aujourd’hui on se retrouve avec un établissement qui menace nos enfants d’exclusion s’ils ne respectent pas le règlement intérieur. Je vais quand même rappeler que pour qu’ils soient exclus, il faut qu’il y ait un conseil de discipline. Ça c’est la chose la plus importante à savoir. Donc ils ne pourront pas dire à nos enfants : « vous n’allez pas en cours, vous n’entrez pas dans l’établissement ». Ce n’est pas possible. »

Dans son post sur Facebook, l’association affirme aussi qu’au sein de l’établissement, les filles dont les shorts trop courts ont été obligées à mettre un pareu ou un drap de lit pour cacher leurs cuisses.

Suite à notre reportage, l’établissement a réagi à la polémique : « L’élève est pris en charge et c’est ce qui a été fait, par la Vie scolaire. Je peux relire notre règlement intérieur : « les parents seront appelés et le dialogue sera engagé avec l’élève et sa famille ». On est sur de l’éducatif comme je disais. (…) L’exclusion ce n’est pas de l’éducatif, ça reste du disciplinaire, et nous privilégions bien sûr le dialogue. Pour ce qui concerne le pareu, nous avons proposé aux jeunes filles de porter un pareu, certaines l’ont proposé elles-mêmes. Pour ce qui concerne le drap, c’est absolument faux. On n’a jamais demandé à un élève de se couvrir d’un drap », assure la proviseure Laure Poulain.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV