vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

L’hôtel intercontinental Tahiti rouvre… pour la fête des mères

Publié le

C’est le premier hôtel à reprendre son activité. L’intercontinental de Tahiti ouvre une partie de son établissement pour la fête des mères. Avec ses offres hébergement très spéciales, l’hôtel est presque complet. Cette réouverture est vécue comme une libération pour les premiers clients et surtout pour les employés...

Publié le 06/06/2020 à 12:20 - Mise à jour le 09/06/2020 à 15:53
Lecture 2 minutes

C’est le premier hôtel à reprendre son activité. L’intercontinental de Tahiti ouvre une partie de son établissement pour la fête des mères. Avec ses offres hébergement très spéciales, l’hôtel est presque complet. Cette réouverture est vécue comme une libération pour les premiers clients et surtout pour les employés...

Transat repositionné, stock du bar réapprovisionné, table dressée : il est 10h, les premiers clients investissent l’hôtel intercontinental. « On savait qu’il y avait des journées qui avaient été faites pour la Fête des mères et j’ai la chance d’avoir un mari qui a pensé à moi » nous dit une cliente.

Après plus de deux mois sans activité, Melina Poareu retrouve enfin son vélo pour inspecter ses 15 bungalows. Sur les 250 chambres que comptent l’hôtel seules 140 sont ouvertes à la clientèle. La reprise est attendue. L’hotel affiche quasiment complet en ce week-end de la fête des mères. Pour la gouvernante, le rythme est intense : « On n’a pas perdu la main mais on est un peu rouillés. On a arrêté de travailler pendant deux mois et là on reprend. On va dire qu’on a mal un peu partout. C’est normal ! »

Au restaurant, on rallume les fourneaux. Ce vendredi, la carte est réduite. En revanche, ce dimanche les polynésiens retrouveront le traditionnel brunch pour la fête des mères. Les places sont limitées à 600 personnes. Mesures sanitaires oblige, l’établissement ne pourra pas accueillir tout le monde. « C’est une des plus grosses journées de l’année pour nous effectivement. Je pense que si on ouvrait encore les réservations de façon plus volumineuse, on pourrait aller jusqu’à 1000 couverts sans trop de problèmes au vu des réservations qu’on a dû malheureusement refuser mais on veut accepter les clients dans de bonnes conditions », explique Emmanuel Barazer, chef exécutif à l’intercontinental de Tahiti.

Près de 90 employés ont retrouvé leur travail. Une partie a été formé au protocole sanitaire : « On va avoir un desk d’accueil avec les hôtesses pour accueillir les clients que l’on va accompagner à table. Nous avons enlevé des tables, espacé les tables de 1.50m à 2m et élargi le périmètre », détaille Arnaud Leveziel, directeur adjoint de l’intercontinental Tahiti.

Mais le retour à la normale n’est pas prévu pour tout de suite. Tout dépendra des réservations du tourisme international, comme l’explique Thierry Brovelli, le directeur général de l’établissement : « De toute façon ce sera malgré tout une réouverture partielle parce que le fait de rouvrir les vols et les frontières et ce qu’on voudra, ça n’amène pas forcément un flux de touristes immédiat. Nos marchés sont en berne. »

Dans un premier temps, l’hôtel sera remis en sommeil du lundi au jeudi avec une ouverture tous les week-ends et notamment pour la fête des pères.

(Mise à jour) L’Intercontinental Tahiti a annoncé une réouverture complète dès le 1er juillet.

Réouverture le 1er juillet Après une longue période particulièrement difficile et suite à l’annonce par les autorités de…

Publiée par InterContinental Tahiti Resort sur Mardi 9 juin 2020

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une trentaine de membres et quelques surprises pour le...

Plus de trente ministres et ministres délégués, dont huit entrants : le gouvernement du Premier ministre Jean Castex annoncé lundi par l'Élysée, compte son lot de surprises à commencer par Eric Dupond-Moretti à la Justice et Roselyne Bachelot à la Culture.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV