dimanche 18 avril 2021
A VOIR

|

La pêche aux rori est ouverte à Toau, Kauehi et Fakarava

Publié le

L’exploitation commerciale des holothuries (rori) est encadrée par des mesures de gestion prévues par une délibération de l’Assemblée de la Polynésie française du 22 octobre 2012 et par un arrêté du Conseil des ministres du 25 avril 2013.

Publié le 07/08/2019 à 14:21 - Mise à jour le 07/08/2019 à 15:03
Lecture 2 minutes

L’exploitation commerciale des holothuries (rori) est encadrée par des mesures de gestion prévues par une délibération de l’Assemblée de la Polynésie française du 22 octobre 2012 et par un arrêté du Conseil des ministres du 25 avril 2013.

En 2018, les ouvertures de la pêche aux rori, source de revenus pour 27 pêcheurs répartis dans 4 îles, ont permis d’exporter 6 594 rori séchées pour un poids de 1 865 Kg et d’une valeur marchande de 17,2 millions Fcfp. Le prix moyen de vente par kilogramme en 2018 s’est élevé à 9 747 Fcfp (soit 1 244 Fcfp de plus par rapport à 2017).

Deux comités de gestion ont demandé l’ouverture de la pêche aux rori dans les îles de Fakarava, Toau et Kauehi. Ils ont pour rôle de recenser les pêcheurs et transformateurs de rori et de les tenir informés des différentes règles de pêche et quotas applicables sur ces îles. Ils prennent également l’engagement d’effectuer le suivi de la pêche sur le terrain, la transformation et les expéditions destinées exclusivement à des commerçants de rori titulaires d’un agrément (4 commerçants agréés à ce jour).

Le Conseil des ministres a ainsi validé :

  • Les conditions d’ouverture de la pêche jusqu’au 31 octobre 2019 ;
  • La mise en place de quotas par espèce dans chaque île ;
  • La mise en place d’une zone de réserve au moins égale au tiers de la surface du lagon dans chaque île.

Les zones de réserve et de pêche respectent les règlements des espaces protégés de la réserve de biosphère de la commune de Fakarava.

Les quotas retenus par le Conseil des ministres ont tenu compte des demandes du comité de gestion, d’une évaluation technique des ressources disponibles mais également des résultats des pêches antérieures et des connaissances existantes. Ainsi, le quota total pour ces trois îles a été fixé à 11 600 rori, toutes espèces confondues.

Les autres sujets dans le compte-rendu du Conseil des Ministres :
Soutien aux municipalités : subventions de la Délégation pour le développement des communes
Maintien du moratoire accordé aux perliculteurs de Takaroa
Subvention de fonctionnement et subvention d’investissement en faveur de l’association Initiative Polynésie française
Subvention de fonctionnement en faveur de l’ADIE pour l’année 2019 
Dispositif d’aides aux sociétés : soutien du Pays à six entreprises
Le Pays soutient l’insertion professionnelle des jeunes diplômés polynésiens
Le Pays soutient l’industrie agroalimentaire locale
Mise à jour de formulaires de déclaration de la taxe sur les surfaces commerciales, de la taxe de consommation pour la prévention et de l’impôt sur les sociétés
Evolution du statut des huissiers de justice et des clercs assermentés
Première réunion de l’observatoire du transport maritime interinsulaire
Aide financière à la SCA Vaihiti
Protection de l’environnement : subvention à l’association Coral Gardeners
Dispositif pour le transport des étudiants
Mise en place de sections bilingues Français – Tahitien dans les écoles primaires et les Centres de Jeunes adolescents (CJA)
Subventions de fonctionnement aux associations sportives et de jeunesse

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.