vendredi 18 septembre 2020
A VOIR

|

Fret, équipages : tout sur l’avion militaire A400M arrivé en Polynésie

Publié le

L'avion militaire A400M est en Polynésie. Il vient en renfort des moyens déjà en place et pourra notamment effectuer des évacuations sanitaires vers la Nouvelle-Zélande si nécessaire. L'avion ramène également du matériel médical mais aussi des moyens humains. Des mesures rigoureuses ont été prises pour éviter la réintroduction du virus au fenua.

Publié le 26/04/2020 à 9:50 - Mise à jour le 27/04/2020 à 9:41
Lecture 4 minutes

L'avion militaire A400M est en Polynésie. Il vient en renfort des moyens déjà en place et pourra notamment effectuer des évacuations sanitaires vers la Nouvelle-Zélande si nécessaire. L'avion ramène également du matériel médical mais aussi des moyens humains. Des mesures rigoureuses ont été prises pour éviter la réintroduction du virus au fenua.

COVID-19: Arrivé de l'A400M

🔴 #LiveTNTV L'A400M, un avion militaire pour rompre l'isolement de la Polynésie.

Posted by TNTV Tahiti Nui Télévision on Saturday, April 25, 2020


Il était attendu : l’avion militaire A400M est arrivé samedi soir à Tahiti. Qu’a-t-il ramené ? « Cet avion revient avec du fret. Il y a du fret médical. C’est un peu la continuation du vol de continuité territoriale parce qu’on n’avait pas pu tout embarquer sur l’avion d’Air Tahiti Nui. Il a 10 respirateurs à bord. Il y a 3,5m3 de gants chirurgicaux pour l’hôpital et il y a d’autres types de fret à bord notamment pour l’IEOM (…) Des billets de banque, un gros volume parce qu’on en a besoin (…) Il y a du matériel pour différentes administrations, pour l’armée notamment. (…) On a utilisé cet avion pour compléter les liaisons que nous avons donc tous les 10 jours avec la métropole, parce qu’on a toujours du fret à emporter », a expliqué le haut-commissaire Dominique Sorain. L’A400M peut contenir jusqu’à 35 tonnes de fret, bien plus qu’un Casa.

Des évacuations sanitaires vers la Nouvelle-Zélande

Cet avion, qui devrait rester un mois au fenua, pourra notamment effectuer des évacuations sanitaires. L’A400M Atlas est en mesure de relier les îles polynésiennes à l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou la Nouvelle-Calédonie si nécessaire. Il peut se poser dans la majorité des îles, sur pistes courtes.

« Air Tahiti et Air Archipel continueront à s’occuper des evasan. Les moyens de l’armée interviennent lorsqu’il n’est pas possible d’utiliser les moyens que nous avons ici sur le territoire (…) Ce n’est pas simplement un moyen aérien qui va être utilisé sur la Polynésie mais on peut faire des liaisons s’il y a des evasan aussi à faire dans des conditions particulières. On l’utilisera en cas de besoin vers la Nouvelle-Zélande, surtout vers la Nouvelle-Zélande d’ailleurs en l’espèce. Donc c’est un moyen supplémentaire que nous avons ici à notre disposition pendant une période qui ne ressemble plus du tout à ce qu’on a connu précédemment. C’était important d’avoir ce moyen militaire qui vient renforcer les moyens qui existent ici pour nous donner davantage de capacité d’action », a précisé le haut-commissaire.

(Crédit photo : Cindy Luu / FAPF)

Un équipage confiné et testé

L’A400M est également arrivé avec un équipage. L’équipage de cet avion avait été placé en quatorzaine et testé avant son départ de la métropole. Les militaires qui resteront au fenua seront également placés en quarantaine au fenua. Un dispositif rigoureux a été mis en place comme l’a expliqué le contre-Amiral Laurent Lebreton, qui commandes les forces armées en Polynésie : « Les conditions pour tous les militaires qui viennent de métropole pour des renforts, entre autres pour l’équipage, les techniciens de l’A400M qui sont à bord, c’est automatiquement 14 jours en isolement en métropole, chacun dans une piaule, isolé. Un test Covid fait deux jours avant de partir. Tout le personnel qui est arrivé est Covid négatif. Et ensuite ici ils seront positionnés dans des logements qu’on leur a réservé de manière à ce qu’ils soient également isolés de nous, et ils sortiront pour leurs missions. C’est comme ça que ça marche. »

« On a deux équipages, et ensuite toute une équipe de techniciens qui va assurer la maintenance de cet aéronef pendant les quatre semaines où il est affecté ici. C’est un avion moderne. Ça demande pas mal de maintenance continue de manière à l’entretenir pour qu’il soit disponible tout le temps de manière à faire les vols qui sont programmés de manière cohérente avec les services de l’État et en vue des demandes qui ont été faites » poursuit le contre-Amiral.

L’A400M est en attente des demandes spécifiques des tavana des îles et des responsables du Pays et représentants de l’État pour débuter ses missions.

Quatre semaines, un « effort » de l’État

Déployer cet avion en Polynésie pour un mois est un « effort particulier » de l’État, a tenu à souligner Laurent Lebreton qui rappelle que comparativement, lors du passage du cyclone Irma aux Antilles, l’avion militaire, très sollicité, n’avait été envoyé que 10 jours sur place : « On a la chance d’avoir l’A400M pendant 4 semaines. c’est un effort important. »

REPORTAGEMike Leyral

infos coronavirus

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

JO de surf 2024 : le comité organisateur local...

Après l’inquiétude exprimée jeudi par le collectif Mata Ara ia Teahupoo, qui milite pour plus de transparence sur la mise en place des diverses infrastructures liées aux JO de surf de 2024, le comité organisateur local a reçu vendredi leurs membres pour tenter de renouer le dialogue.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV