samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Bilan positif de l’AISPF dix ans après sa création

Publié le

Dix ans après sa création, l'AISPF dresse un bilan très positif de son activité auprès des familles qui peinent à se trouver un logement décent. Résultat : 1 020 familles ont ainsi eu accès à près de 900 logements.

Publié le 03/10/2019 à 16:52 - Mise à jour le 03/10/2019 à 16:56
Lecture 2 minutes

Dix ans après sa création, l'AISPF dresse un bilan très positif de son activité auprès des familles qui peinent à se trouver un logement décent. Résultat : 1 020 familles ont ainsi eu accès à près de 900 logements.

Avec un total de 1 020 familles bénéficiaires, l’Agence immobilière sociale de Polynésie française (AISPF) a livré mercredi un bilan particulièrement riche de ses dix années d’existence. Si l’association a vu le jour en 2008, c’est pour favoriser l’intégration sociale des familles qui ne peuvent accéder par leurs propres moyens à un logement décent. Il s’agit plus précisément d’aider les familles sur une période transitoire, via la prise en charge des deux tiers de leur loyer.

Pour autant, l’AISPF n’a pas vocation à remplacer l’OPH (office polynésien de l’habitat), mais à intervenir en complément et sur des profils spécifiques. « Ce sont des familles qui ont un minimum de ressources, qui font des petits boulots comme le ménage, de l’agriculture, ou même les petits salariés. Contrairement à l’OPH, nous sommes dans un accompagnement temporaire qui peut s’étendre sur 24 mois. On rappelle que c’est à la famille aussi de se donner les moyens de s’en sortir. L’AISPF doit vraiment servir de tremplin » précise Vaiatu Frogier, directrice de l’agence.

Forte de son succès, l’agence a vu sa dotation doubler entre 2016 et 2017, passant ainsi de 150 à 300 millions. Une somme encore reconduite en 2018, et que l’agence juge suffisante pour une organisation à taille humaine. « Notre bilan fait état de très belles réussites pour les familles qui sortent du dispositif. On serait tenté de charger d’avantage notre association, mais nous ne sommes pas en mesure de pallier à toutes les problématiques liées au logement » prévient Vaiatu Frogier, la directrice. « Depuis trois ans, le pays a souhaité marquer son soutien à notre activité. 300 millions c’est suffisant parce que nous prônons la proximité, nous ne sommes pas un gros établissement. Nous ne mettons pas qu’un nom sur un dossier, les familles on les connaît toutes, on leur rend visite au moins une fois par mois, c’est la clé de la réussite des bénéficiaires ».

L’équipe de cinq salariés a ouvert depuis 2016 un volet destiné aux étudiants. Depuis 134 jeunes ont déjà pu en bénéficier. L’association rappelle cependant que pour être éligible il faut un avoir un objectif. « C’est vrai que ce n’est pas toujours facile de se projeter. On leur dit de réfléchir et de revenir plus tard. C’est même pas une question de moyen, mais d’objectif » termine Vaiatu Frogier.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV