lundi 19 avril 2021
A VOIR

|

Réinsertion : 4 SDF obtiennent un contrat de travail après la mise en place de formations

Publié le

Sur 55 personnes sans domicile fixe ayant suivi les formations proposées par le Sefi, 38 ont terminé leur parcours et 4 ont directement obtenu un contrat de travail.

Publié le 23/12/2020 à 15:35 - Mise à jour le 23/12/2020 à 15:35
Lecture 2 minutes

Sur 55 personnes sans domicile fixe ayant suivi les formations proposées par le Sefi, 38 ont terminé leur parcours et 4 ont directement obtenu un contrat de travail.

Depuis le 4 décembre 2017, 5 formations professionnelles comprenant de la remobilisation, de la remise à niveau ainsi que des stages pratiques en entreprises, ont été mises en place par le Sefi, à destination d’un public extrêmement éloigné de l’emploi, les sans domicile fixe (SDF). Chacune de ces formations a fait l’objet de réajustements successifs et d’un accompagnement personnalisé, pour mieux répondre à l’attente et aux besoins de ce public particulier en vue de son insertion sociale et professionnelle. De véritables parcours sur mesure ont été bâtis pour répondre au mieux à la situation personnelle de chacun, afin d’essayer d’atténuer un à un les freins périphériques à l’emploi, l’objectif étant leur insertion professionnelle.

55 personnes ont bénéficié de formations. À l’issue de celles-ci, 38 stagiaires SDF sur les 55 sont allés au terme de leur formation, soit un taux de réussite de 70%, 4 personnes ont obtenu directement un contrat de travail à l’issue de la formation, et 20 CAE ont été accordés en fin de formation, dans le secteur marchand. En outre, 3 personnes ont été orientées vers la Cotorep et bénéficient d’une reconnaissance de travailleur handicapé en milieu adapté ou ordinaire avec des mesures d’aide adaptées (SITH).

En plus de l’accompagnement des conseillers du SEFI, des liens se sont instaurés aussi bien avec l’équipe du Centre de jour et le CHU gérés par l’association « Te Torea », que celle du centre Te Vaiete de Père Christophe. Cette pluridisciplinarité soutient l’action de la Direction des Solidarités, de la Famille et de l’Egalité (DSFE), laquelle tend également à favoriser l’insertion de ces publics avec l’octroi de titres de transport, d’aides alimentaire et d’hygiène ou encore d’aides vestimentaires pour plus de confiance en soi et de réussite lors des entretiens d’embauche.

Ce travail préalable, spécifique et personnalisé, permet d’avoir un public pleinement motivé par ces formations. Après divers réajustements, les formations, en deux phases successives, vont être pérennisées avec une phase de 4 mois, pour évaluer la capacité cognitive du bénéficiaire à suivre un cursus d’insertion par la formation. 

Les autres sujets dans le compte-rendu du conseil des ministres :
– Aide à la filière agricole pour l’association Tamarii Nuutania
– Subvention à l’Agence immobilière sociale de Polynésie française, Rahu Ora
– Vers une valorisation du plus grand massif de pins des Caraïbes à Nuku Hiva 
– Prolongation de la durée permettant la résolution sans pénalité des contrats portant sur les opérations touristiques
– Reconnaissance des professions artistiques de Polynésie française et mesures de soutien à ces professions
– Mesures de protection du monarque de Tahiti: maintien et intensification de la surveillance en matière de biosécurité
– Création de la mention « randonnée à la rame » du certificat professionnel polynésien d’accompagnateur d’activités physiques de pleine nature
– 18e édition du Festival International du Film documentaire Océanien (FIFO)
– Lancement de la phase pilote du programme DIGIPOL
– Subvention de fonctionnement en faveur de la Confédération du sport scolaire et universitaire de Polynésie (CSSU)
– Subventions de fonctionnement en faveur d’établissements publics d’enseignement de la Polynésie française
– Réglementation de l’activité de transport routier avec chauffeur, au moyen de véhicules de moins de dix places assises
– Projet de résidence pour des jeunes travailleurs 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.