lundi 26 septembre 2022
A VOIR

|

Alcool et stupéfiants : les forces de l’ordre ratissent les points chauds de Papara

Publié le

La descente des forces de l’ordre dans certains quartiers de Taravao, Paea et Papara est intervenue dans la nuit de samedi à dimanche. Une opération "coup de poing" qui s'est concentrée sur les zones de rassemblement de Papara, hauts-lieux de "décompensation" des jeunes après deux années de restrictions liées au Covid.

Publié le 03/04/2022 à 11:49 - Mise à jour le 03/04/2022 à 12:31
Lecture 4 minutes

La descente des forces de l’ordre dans certains quartiers de Taravao, Paea et Papara est intervenue dans la nuit de samedi à dimanche. Une opération "coup de poing" qui s'est concentrée sur les zones de rassemblement de Papara, hauts-lieux de "décompensation" des jeunes après deux années de restrictions liées au Covid.

Il est 22 heures quand gendarmes et policiers municipaux démarrent les premières interventions. À Papara, les zones connues pour les rassemblement nocturnes sont dans le viseur : comme le site du “point de l’Est”, ou celui du “caillou plat”. Des bagarres et des nuisances sonores ont été signalées ces dernières semaines. Seule, la police municipale peine à calmer les esprits des fêtards, échauffés par l’alcool et les stupéfiants. En témoigne le bilan des premières fouilles : des produits illicites dans les poches ou les besaces.

“On a découvert des produits stupéfiants : un peu de pakalolo et une poudre blanche que l’on va identifier et dont on ignore pour le moment le propriétaire. (…) On veut éviter les accidents et les incidents, c’est pour cela que l’on va faire des contrôles des rassemblements ce soir sur Papara et sur d’autres communes” indique le commandant de la compagnie des îles du Vent, Jérôme Godefroy. L’occasion de rappeler que “le trouble à la tranquillité publique par des agressions sonores est un délit passible d’un an d’emprisonnement et qui permet de confisquer le produit du délit, c’est-à-dire les enceintes, les véhicules…”.

Si les attroupements réunissent de jeunes adultes, ils accueillent surtout des mineurs. Le constat est alarmant : dans la majorité des cas, les fêtard, fortement alcoolisés, repartent au volant d’un véhicule, ou en deux roues. Des comportements dangereux qui se traduisent par une hécatombe sur les routes. Depuis le début de l’année 2022, la Polynésie compte 9 morts sur les routes, dont 8 en deux-roues, et 5 sous l’emprise d’alcool et/ou de stupéfiants. Pour rappel, les trois grandes causes d’accidents en Polynésie sont : la conduite sous alcool, la conduite sous stupéfiants, et la vitesse. Aussi cette opération “coup de poing” à la demande de la commune de Papara avait vocation à dissiper tout trouble à l’ordre public et réprimer les éventuelles infractions au code de la route.

“les pompiers interviennent également quand il y a des bagarres pour évacuer les blessés”

Raina Tekopunui, directrice de la sécurité et du citoyen à la commune de Papara

7 000 interventions chaque année sur Papara

Participants à l’opération, les autorités publiques en appellent à la responsabilité des parents. “Cette opération coup de poing a été voulu par la tavana Sonia Punua pour aider la police municipale dans leurs interventions. On a 7 000 interventions par an, c’est énorme, et plus de 1 400 sur les attroupements, les dégagements, les bagarres… Les jeunes boivent, fument… Des jeunes âgés de 10 à 15 ans. On demande aux parents de prendre leurs responsabilités et de veiller à ce que les jeunes restent à la maison et pratiquent des activités saines. (…) déclare la directrice de la sécurité et du citoyen à la commune de Papara, Raina Tekopunui. Malheureusement, force est de constater que les pompiers interviennent également quand il y a des bagarres pour évacuer les blessés ou quand il y a des accidents”

Après deux années de restrictions liées à la crise Covid, les forces de l’ordre font face à un important phénomène de “décompensation”, principalement chez les jeunes. “J’aime bien me rassembler, tous les jours et toutes les nuits, comme tous les jeunes, mais je ne consomme pas d’alcool, juste du paka. C’est un moyen de décompresser” confie un jeune.

Pour cette opération de lutte contre les troubles à l’ordre public, les moyens avaient été renforcés : un maitre-chien et des gendarmes mobiles étaient déployés.

Environ 100 personnes et 50 véhicules ont été contrôlées entre Paea et Taravao. 4 jeunes ont été interpellés pour détention et usage de paka. Un petit sachet d’ice a été découvert, mais son propriétaire n’a pas encore été identifié car il s’en séparé discrètement pendant le contrôle. 3 conduites sous alcool, 1 conduite sous stupéfiant et 1 défaut de permis de conduire ont été relevés.

infos coronavirus