« Indignes et inacceptables » : Ia Ora Te Nuna’a dénonce les propos de Sylvana Tiatoa

Publié le

Dans un communiqué de presse diffusé ce jour, le parti Ia Ora Te Nuna'a dénonce fermement les propos de l'élue à l'assemblée Sylvana Tiatoa, et demande des éclaircissements publics du Tavini Huiraatira.

Publié le 28/05/2024 à 14:47 - Mise à jour le 28/05/2024 à 14:47

Dans un communiqué de presse diffusé ce jour, le parti Ia Ora Te Nuna'a dénonce fermement les propos de l'élue à l'assemblée Sylvana Tiatoa, et demande des éclaircissements publics du Tavini Huiraatira.

Des propos « indignes et inacceptables » s’insurge le parti de Teva Rohfritsch, dans un communiqué : « C’est une fois de plus, une démonstration claire du racisme et de l’inconsistance criante de certains élus Tavini à l’assemblée ». Ia Ora Te Nuna’a « appelle la représentante, malade Sylvana Tiatoa, à apporter la démonstration scientifique de ses affirmations lourdes sur la médecine et les médicaments ».

Pour rappel, le 24 mai dernier, lors d’une séance à l’assemblée, l’élue Tavini Sylvana Tiatoa, s’était exprimée sur la situation de l’hôpital du Taaone, en déclarant entre autres : « Les Polynésiens ont été soignés comme s’il s’agissait d’Européens et cela s’est senti dans les moyens de soigner la population. Aujourd’hui, aucun médicament ne soigne vraiment les personnes. Les traitements qui sont faits aujourd’hui, ce n’est pas pour soigner, mais pour soulager les souffrances du peuple. Et c’est pour cela que chaque année l’hôpital est toujours déficitaire » et d’ajouter « ces fonds que nous mettons dans le fonctionnement du CHPF ne servent à rien puisqu’il y a autant sinon plus de personnes qui meurent. Il serait peut-être temps de se demander si notre politique sanitaire est au point. On rappelle souvent qu’il faut créer des emplois au CHPF comme si les maladies que rencontre notre peuple sont dues à un manque d’effectif à l’hôpital ».

Des propos qui avaient fait vivement réagir le conseil de l’ordre des médecins qui dénonçait « des propos racistes, indignes, insultants et surtout d’une incohérence étonnante », ce que partage Ia Ora Te Nuna’a : « Ce discours est indigne car insultant pour tout le personnel médical au chevet des malades et accidentés du fenua, hospitalisés ou en traitement. Ce discours est dangereux car il relève de la mise en danger d’autrui en invitant les Polynésiens à se détourner du système de santé en place, en cas de problème de santé ou d’accident. Ce discours est enfin vide de sens sur les raisons avancées qui expliqueraient le déficit de l’hôpital ». Si le parti autonomiste précise soutenir « le développement de la pharmacopée locale et de la médecine traditionnelle polynésienne », il condamne néanmoins « toute instrumentalisation de ces savoirs ancestraux pour nourrir un projet politique » et appelle « les Polynésiens à la plus grande vigilance ».

Contacté hier lundi par TNTV, le président du Pays Moetai Brotherson avait de son côté déclaré : « Je crois qu’il ne faut pas prendre l’expression de l’intervention de Sylvana au premier degré. Le reo Tahiti est une langue métaphorique, et je pense qu’on est là dans le registre métaphorique. En tout cas, si ce n’était pas le cas, je ne souscrirais pas à ces propos, mais si on est dans le registre métaphorique, je peux comprendre l’expression des propos de Sylvana ».

Dernières news

Activer le son Couper le son