dimanche 5 décembre 2021
A VOIR

|

Navire échoué à Anuanurunga : le Pays veut faire payer l’armateur chinois en saisissant l’un de ses thoniers

Publié le

La Polynésie a procédé à la saisie conservatoire d'un des thoniers du propriétaire du navire échoué sur le récif de Anuanurunga. Une saisie évaluée à 500 millions de Fcfp et qui financera les frais de dépollution du bateau échoué si l'armateur chinois ne se manifeste pas.

Publié le 22/10/2021 à 11:33 - Mise à jour le 22/10/2021 à 11:33
Lecture < 1 min.

La Polynésie a procédé à la saisie conservatoire d'un des thoniers du propriétaire du navire échoué sur le récif de Anuanurunga. Une saisie évaluée à 500 millions de Fcfp et qui financera les frais de dépollution du bateau échoué si l'armateur chinois ne se manifeste pas.

Après en avoir fait la demande auprès du tribunal mixte de commerce, le Pays a saisi le thonier chinois Ping Tai Rong 316 jeudi après-midi. Le navire appartient à la société propriétaire du thonier qui s’est échoué sur le récif de Anuanurunga, en juillet dernier. Cette saisie conservatoire vise à pousser l’armateur chinois à prendre en charge les frais des opérations de dépollution de son navire échoué. Jusqu’à présent, la société Ping Tai Rong Ocean Fishery Group Co. LTD. n’a manifesté aucune intention de retrait de son thonier de l’atoll.

C’est la première fois qu’une telle procédure juridique est engagée par la Polynésie. Le navire qui a fait l’objet d’une saisie est arrivé au port de Papeete hier après-midi, pour récupérer le capitaine et second capitaine du thonier échoué à Anuanurunga. Les deux marins avaient été placés sous contrôle judiciaire après l’échouage de leur navire. Mais sur demande du Pays, un huissier de justice s’est rendu à bord du thonier pour signifier à l’équipage la saisie de leur bateau.

Si l’armateur chinois ne se manifeste pas, le thonier Ping Tai Rong 316, dont la valeur est estimée à 500 millions de Fcfp, pourrait assurer le paiement des frais de dépollution du navire échoué à Anuanurunga.

La saisie conservatoire est susceptible de faire l’objet d’un recours si le propriétaire chinois démontre qu’elle n’est pas justifiée.

infos coronavirus