samedi 6 juin 2020
A VOIR

|

Libéralisation du prix de la pomme de terre locale

Publié le

Afin de soutenir les agriculteurs, producteurs de pommes de terre aux Australes, le Conseil des ministres a décidé de libérer les prix de la pomme de terre local, en la sortant de la liste des produits de grande consommation.

Publié le 11/09/2019 à 14:57 - Mise à jour le 11/09/2019 à 15:08
Lecture < 1 min.

Afin de soutenir les agriculteurs, producteurs de pommes de terre aux Australes, le Conseil des ministres a décidé de libérer les prix de la pomme de terre local, en la sortant de la liste des produits de grande consommation.

Cette mesure économique permettra ainsi aux agriculteurs de fixer leurs prix de vente de ce tubercule local, sans contrainte réglementaire, pour une meilleure prise en compte de leurs coûts de production, qui varient fortement selon les années de récolte en raison du prix des semences et des aléas climatiques.

Les autres sujets du compte-rendu du Conseil des ministres :
Indice des prix : baisse de 0,3% au mois d’août
Cinq entreprises soutenues par le Pays
Accord sur les services aériens entre la Polynésie française et le Canada
Lancement de l’élaboration de la stratégie de la politique publique polynésienne de l’habitat (2020/2030)
Soutien au tournage de la série « Meurtre à Tahiti »
Subventions du ministère du Tourisme
Lancement de la « Journée Agriculture Responsable » (J.A.R.)
Cession à l’OPH des résidences Mariani à Faaone et Grand à Pirae
Des mesures pour un environnement favorable à une alimentation saine
Modification des actes professionnels des infirmiers
Subventions de fonctionnement aux associations sportives
Soutien au Salon du livre de Raiatea
Déclaration d’utilité publique pour l’aménagement de la plage de Makarea à Fakarava

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une nouvelle darse pour les pêcheurs de Raiatea

Après de longues années d’attente, les pêcheurs en haute mer de Raiatea ont enfin emménagé dans la nouvelle darse mitoyenne à la marina de Uturoa. Une acquisition rendue possible grâce au partenariat État/Pays. De quoi redonner du dynamisme aux professionnels du secteur…

Coronavirus : l’ONU plaide pour un vaccin accessible à...

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a estimé jeudi qu'un futur vaccin contre le nouveau coronavirus devait être considéré comme un "bien public mondial" accessible à tous, à l'occasion d'un sommet qui a recueilli 8,8 milliards de dollars (927 milliards de Fcfp) pour la vaccination en général.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV