vendredi 24 juin 2022
A VOIR

|

Communiqué

Au Chili, le président Fritch rappelle les enjeux de la protection des océans

Publié le

COMMUNIQUÉ - Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, a participé ce matin par vidéo enregistré au colloque "Gouvernance, économie et conservation de l’Océan Pacifique Sud" organisé par le gouvernement du Chili et l’ambassade française à Santiago.

Publié le 03/06/2022 à 14:54 - Mise à jour le 03/06/2022 à 14:54
Lecture < 1 min.

COMMUNIQUÉ - Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, a participé ce matin par vidéo enregistré au colloque "Gouvernance, économie et conservation de l’Océan Pacifique Sud" organisé par le gouvernement du Chili et l’ambassade française à Santiago.

Un colloque international qui a rassemblé plusieurs représentants de pays latinoaméricains du bassin Pacifique Sud, tels que le Chili, le Pérou, l’Équateur ou encore la Colombie.

Le colloque visait à analyser la pertinence stratégique des océans dans le cadre institutionnel des gouvernements et à échanger sur la gouvernance des océans dans le contexte international du bassin Pacifique Sud oriental.

Lors de son allocution, le président Edouard Fritch a exposé les enjeux géostratégiques pour la Polynésie française de la gestion de son espace maritime de 5 millions de km² au centre du Pacifique Sud. Il a indiqué que l’engagement de protection des eaux polynésiennes est de taille car, dans un monde en mutation où des nouveaux équilibres géopolitiques se dessinent, seules la gestion durable des ressources marines et la protection des espaces maritimes garantiront l’autonomie polynésienne et la prospérité des générations futures.

Le président Edouard Fritch a conclu en rappelant les engagements polynésiens pris lors du One Océan Summit à Brest en février dernier : multiplier les réserves de Biosphère, créer un zonage côtier réservé à la pêche artisanale et vivrière d’une surface maritime de près de 500 000 km², protéger toutes les espèces de coraux, créer une nouvelle aire marine protégée d’au moins 500.000 km² située dans la partie sud-est de la zone économique exclusive et solliciter la reconnaissance de la Polynésie française en Zone Maritime Particulièrement Vulnérable.

infos coronavirus