mardi 3 août 2021
A VOIR

|

ATN peut prétendre à une prise en charge de ses coûts fixes à hauteur de 10 millions d’euros

Publié le

Interrogé par le sénateur Teva Rohfritsch sur la situation d'Air Tahiti Nui, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a répondu que la compagnie devait se rapprocher du Comité interministériel de restructuration industrielle, pour prétendre à une aide de prise en charge de ses coûts fixes.

Publié le 07/04/2021 à 15:48 - Mise à jour le 08/04/2021 à 15:08
Lecture < 1 min.

Interrogé par le sénateur Teva Rohfritsch sur la situation d'Air Tahiti Nui, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a répondu que la compagnie devait se rapprocher du Comité interministériel de restructuration industrielle, pour prétendre à une aide de prise en charge de ses coûts fixes.

Publiée par Teva Rohfritsch sur Mercredi 7 avril 2021

À l’occasion des questions d’actualité au gouvernement, ce mercredi au Sénat, le sénateur Teva Rohfritsch a interpellé le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, sur la situation de notre compagnie au tiare.

Air Tahiti Nui “a dû mettre en œuvre un plan d’économies drastique sans bénéficier du chômage partiel, en se séparant de 17% de ses salariés. La compagnie passera difficilement l’année sans une intervention financière de l’État”, a-t-il déclaré avant de demander au ministre de l’Économie ce qu’il compte faire pour accompagner les compagnies aériennes françaises régionales, et plus précisément ATN.

Dans sa réponse, Bruno Le Maire a dit n’avoir “pas d’inquiétude sur la trésorerie d’Air Tahiti d’ici la fin de l’année, mais je souhaite que cette compagnie puisse continuer à voler”.

“Je souhaite qu’Air Tahiti puisse prendre rapidement contact avec le Ciri (Comité interministériel de restructuration industrielle, NDLR), mes services, pour regarder comment sur le long terme nous pouvons garantir la pérennité de l’entreprise”, a-t-il affirmé, rappelant qu’ATN avait déjà obtenu 60 millions de prêts garantis par l’État.

La compagnie au tiare pourrait ainsi prétendre à un dispositif de prise en charge de ses coûts fixes à hauteur de 10 millions d’euros, a indiqué le ministre de l’Économie.

infos coronavirus