dimanche 17 octobre 2021
A VOIR

|

Surf : un nouveau format de compétition pour la WSL

Publié le

Si nos passionnés de glisse ont retrouvé leurs spots de surf depuis deux semaines, en revanche, nos compétiteurs locaux qui évoluent à l’international, eux, devront attendre encore un peu avant de reprendre le chemin des circuits mondiaux. Mais ce qui est sûr, c’est qu’à partir de 2021, le circuit mondial fera peau neuve avec un nouveau format de compétition.

Publié le 16/05/2020 à 14:29 - Mise à jour le 16/05/2020 à 14:30
Lecture 2 minutes

Si nos passionnés de glisse ont retrouvé leurs spots de surf depuis deux semaines, en revanche, nos compétiteurs locaux qui évoluent à l’international, eux, devront attendre encore un peu avant de reprendre le chemin des circuits mondiaux. Mais ce qui est sûr, c’est qu’à partir de 2021, le circuit mondial fera peau neuve avec un nouveau format de compétition.

Tout devrait changer en 2021 ! Pour le circuit CT réservé aux 35 meilleurs mondiaux, un système de play off sera adopté, c’est-à-dire qu’à l’issue de la saison régulière, les dix ou 5 premiers du classement, car le nombre exact n’a pas encore été précisé, s’affronteront dans la grande finale qui se déroulera sur une seule journée. “Chaque année normalement on surfe du mois de mars au mois de décembre. Maintenant on va commencer au mois de janvier et finir au mois d’août. (…) juste après, les 6 ou les 10 premiers partiront en surf trip et feront un surf off c’est-à-dire que par exemple, s’ils prennent les 10 premiers, le 10e va surfer contre le 9e et celui qui passe il sera contre le 8e, etc. jusqu’à ce qu’on arrive à la dernière série de l’année. Celui qui gagnera cette série là sera couronné champion du monde”, explique notre Spartan Michel Bourez.

Et le circuit QS ?

Le circuit QS (Qualifications series) a lui aussi été interrompu par la crise. “On avait bien commencé ce début d’année. J’avais fait 4 compétitions pour ma part dans le WQS. Ça s’était pas trop mal passé avec un bon début de saison en Chine où j’avais terminé 9e. Ensuite j’ai enchaîné sur l’Australie, et en fait on était en pleine compétition en Australie quand ils ont annoncé qu’ils allaient suspendre toutes les compétitions à cause du coronavirus parce que la situation à travers le monde commençait à empirer”, raconte Mihimana.

Les athlètes classés dans le top 100 pourront participer de janvier à avril aux challengers series, des compétitions de QS 10000 qui pourront rapporter beaucoup de points pour évoluer dans le classement mondial. Chez nos représentants du fenua, on retrouve Mihimana braye, 56e avec 4 compétitions et Kauli Vaast, 47e avec 6 compétitions. “Le directeur a annoncé un nouveau format pour notre circuit à nous, le WQS, confie Mihimana. On va évoluer de janvier à avril sur des challengers series (…) les QS 10 000 on appelle ça. Et ce sont les compétitions les plus importantes. Les plus médiatisées, où il y a le plus de points et le plus d’argent à gagner. Ces compétitions là sont super importantes pour le classement et vraiment pour la qualification dans le WCT. Du coup ça va se dérouler de janvier à avril. Ils ne savent pas encore où”

Ensuite de mai à décembre, les surfeurs du QS pourront s’affronter dans leurs propres régions. Nos représentants évolueront alors dans la zone Hawaii, Tahiti Nui avec des spots de Fidji qui se joindront aussi dans cette zone. Un schéma qui réduit les voyages coûteux et les déplacements.

Pour cette saison, en revanche, les dates de reprises ne sont pas encore révélées. Si la compétition du CT reprend en Août avec la Tahiti Pro Teahupoo, le championnat finira la saison avec 5 étapes. Mais si la compétition reprend en Octobre, les trois étapes restantes jusqu’à la fin de l’année seront comptées pour la saison prochaine.

Michel Bourez veut croire en une compétition à Teahupoo : “On nous a dit qu’il y a moyen qu’on reprenne fin juin. (…) La compétition a Teahupoo doit de faire au mois d’août donc on a un peu de temps. J’espère vraiment qu’on commencera à Teahupoo. Ça serait pas mal pour nous, pour le tourisme etc. si tout va bien. Mais si on ne rouvre pas les aéroports, ça m’étonnerait

Rédigé par

infos coronavirus