mardi 1 décembre 2020
A VOIR

|

Rugby : 4 Tahitiens au JA Isle Rugby

Publié le

Quatre mordus de rugby, âgés de 18 à 20 ans, ont quitté Tahiti l’an dernier pour intégrer le club JA Isle rugby qui évolue aujourd’hui en fédérale 3 (6ème division).

Publié le 11/09/2020 à 10:37 - Mise à jour le 11/09/2020 à 10:37
Lecture 2 minutes

Quatre mordus de rugby, âgés de 18 à 20 ans, ont quitté Tahiti l’an dernier pour intégrer le club JA Isle rugby qui évolue aujourd’hui en fédérale 3 (6ème division).

Au départ, ils étaient 5 Tahitiens à faire le grand saut dans le monde de l’ovalie français. Andrew Vanaa, le capitaine de Faa’a, a terminé sa formation en juillet dernier. Il est rentré au fenua. Ils sont donc 4 aujourd’hui à avoir tout laissé pour prendre un nouveau départ dans ce département de la Haute-Vienne. Manarii Opuu et Ru’roa Mairau sont issus eux aussi de l’équipe d’Oremu. Mickael Tali et Ruatai Rauraatua étaient quant à eux licenciés au Papeete RC.

« Je suis arrivé en métropole dans le but d’évoluer dans le rugby, je voulais tenter l’aventure, confie Ru’roa Mairau. La journée je fais de la muscu, j’entraîne les jeunes, les -6 et les -10 au club. »

Créé il y a 44 ans, le JA Isle Rugby est connu pour son école de rugby, la seule du département à être labellisé deux étoiles. Il propose un programme de développement depuis 2 ans. Son but : recruter de jeunes pratiquants, les former avec un suivi social, sportif et scolaire. A la fin du parcours les joueurs devraient évoluer en équipe sénior ou encore devenir éducateur.  Un projet auquel nos 4 aito n’ont pas hésité à intégrer. 

Laurent Tardieu, président de la fédération polynésienne de rugby, a rendu visite à nos représentants. « Il me tenait à cœur de voir les jeunes sur le terrain en France parce qu’on est très content d’avoir des opportunités pour ces jeunes de venir en France et de pouvoir s’exprimer avec en plus un cursus soit scolaire, soit professionnel qui leur offre des opportunités qu’on n’a pas à Tahiti », explique-t-il.

Nos quatre ‘aito suivent aujourd’hui des formations en BEP menuiserie, mécanique, et carrosserie grâce à ce programme de développement. Ce club peut devenir une passerelle pour les joueurs tahitiens qui veulent se frotter à la métropole tout en découvrant de nouveaux métiers.

infos coronavirus