Les volontaires des JO réunis pour une journée de cohésion

Publié le

Les volontaires des Jeux Olympiques se sont réunis pour la première fois, ce samedi, dans l’enceinte de la Direction Générale de l’Éducation et des Enseignements (DGEE). Une journée d’information, mais aussi de cohésion, pour ces bénévoles qui joueront un rôle central dans le bon déroulement de l’évènement.

Publié le 21/04/2024 à 9:55 - Mise à jour le 22/04/2024 à 9:50

Les volontaires des Jeux Olympiques se sont réunis pour la première fois, ce samedi, dans l’enceinte de la Direction Générale de l’Éducation et des Enseignements (DGEE). Une journée d’information, mais aussi de cohésion, pour ces bénévoles qui joueront un rôle central dans le bon déroulement de l’évènement.

Ils ont pu approcher la torche olympique. Une torche portée par Michel Bourez, jeune retraité du circuit professionnel de surf.

« Ça me fait plaisir. Avec toute l’expérience que j’ai eue dans ma carrière, et du fait que j’ai pris ma retraite, c’était le bon moment pour moi. C’est une belle opportunité de montrer la torche à tout le monde et, surtout, de montrer qu’avec notre sport, on a réussi à amener les JO ici », indique celui qui fut durant de longues années le seul Tahitien à évoluer sur le circuit mondial.

Au total, 265 volontaires veilleront durant une dizaine de jours au bon déroulement de l’évènement sur différents sites. A 83 ans, André Rossignol en fait partie. Il souhaitait, à son échelle, contribuer la grande aventure des JO.

« J’ai vu trois Jeux dont deux d’hiver. Et je participe un peu, ici. C’est très important », dit-il.

Hinerava est aussi volontaire. Elle vient de Raiatea. Seul bémol, selon elle, le fait que son billet depuis les Raromatai n’a pas été pris en charge par le comité organisateur : « ça aurait peut-être poussé d’autres jeunes à participer ».

Noelyn, elle, n’échangerait sa place pour rien au monde. Elle doit partir à Paris pour contribuer à la grande fête du sport. « On hâte d’y être. On est 45 000 volontaires en tout. On espère que tout sera prêt. On en est certain, même », sourit-elle.

Michel Bourez était lui aussi de la partie. (Crédit: DR)

À moins de 100 jours de l’épreuve de surf, sur le spot de Teahupo’o, le comité organisateur met quant à lui les bouchées doubles.

« On sent depuis le mois de janvier que les journées sont de plus en plus tendues, parfois les nuits aussi », explique Barbara Martins-Nio, « globalement, on est content parce que c’est la concrétisation de tout le travail qui a été fait en amont. Et surtout, on rencontre les volontaires. On recrute les salariés. On a des contacts avec les relayeurs. Donc tout ça commence à prendre forme concrètement et, ça, c’est génial ».

Le président Moetai Brotherson était, lui aussi, présent à cette journée : « Les volontaires ont eu des présentations sur leurs rôles, ce qu’ils vont apporter en matière d’accueil, d’accompagnement. On les voit tous là, ils sont à fond ».

Tous se verront bientôt remettre leurs tenues olympiques. Une panoplie spécialement conçue pour les Jeux et adaptée au climat polynésien.

Dernières news