samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Un trafic entre Huahine et Tahiti démantelé

Publié le

Neuf personnes suspectées d'être impliquées dans un trafic de stupéfiants entre Tahiti et Huahine ont été arrêtées le vendredi 26 mars.

Publié le 29/03/2021 à 19:22 - Mise à jour le 29/03/2021 à 19:33
Lecture < 1 min.

Neuf personnes suspectées d'être impliquées dans un trafic de stupéfiants entre Tahiti et Huahine ont été arrêtées le vendredi 26 mars.

Les militaires de l’antenne OFAST (office anti-stupéfiants) et de la section de recherche de Papeete, appuyés par l’antenne GIGN (groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) de Polynésie ont interpellé après trois mois d’investigations, neuf personnes suspectées d’avoir pris part à un trafic de stupéfiants de grande ampleur opérant dans l’archipel de la société. Une enquête préliminaire sous l’autorité du procureur de la République.

Le cannabis était cultivé et conditionné à Huahine avant d’être acheminé vers Tahiti par voie maritime. Les stupéfiants étaient vendus dans l’agglomération de Papeete.

D’importantes saisies ont été réalisées au cours de cette enquête : 40 kilos de cannabis séché et conditionné en sachets ou en boîtes d’allumettes ainsi que 9,5 millions de Fcfp, en numéraire. Deux véhicules et un bateau, estimés à 13,7 millions de Fcfp, ont aussi été saisis au titre des avoirs-criminels.

Les 9 individus interpellés seront déférés devant le parquet de Papeete, ce mardi 30 mars. Ils devraient être placés en détention provisoire en attendant leur procès en correctionnelle le 27 mai 2021.

Tous les produits saisis seront détruits par incinération.

Photo: gendarmerie nationale

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.