vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

Un moi(s) sans tabac au CHPF

Publié le

Publié le 05/02/2019 à 15:54 - Mise à jour le 05/02/2019 à 15:54
Lecture 2 minutes

On y fume moins qu’ailleurs en Polynésie, mais on y fume quand même : 20% des blouses blanches de l’hôpital sont des adeptes de la nicotine. Et lorsque des patients les croisent cigarettes aux lèvres, c’est le message sur les méfaits du tabac qui est brouillé. « C’est vrai que de voir du personnel soignant en train de fumer dans un établissement public, cela ne renvoie pas forcément une très bonne image de notre hôpital » explique Heirani Estall, psychologue du travail, chargée de la prévention des risques au centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF).

Alors, pour inciter ces professionnels de santé à stopper la cigarette, l’hôpital a lancé le défi « moi(s) sans tabac » : « L’idée, c’était de ne pas être dans une démarche restrictive ou punitive, mais d’essayer d’accompagner au maximum les gens dans cette démarche d’arrêt du tabac. On sait que ce n’est pas facile » poursuit Heirani.

La trentaine de salariés ayant relevé le défi ont eu rendez-vous avec un tabacologue. Ils seront aussi accompagnés dans les semaines qui viennent par une sophrologue, un coach santé et un hypnothérapeute. Fabrice Maignan assure que la méthode a démontré ses effets bénéfiques : « Environ 8 personnes sur 10 arrêtent de fumer grâce à l’hypnose ».

L’hypnose, Claire Yvon, infirmière en endoscopie, l’a pourtant essayée. Mais pour elle, cela n’a pas marché. « La seule fois où j’avais réussi à arrêter de fumer pendant 5 ans, je l’avais fait uniquement par la volonté. Et là, ça fait 3 ans que je refume et je n’arrive pas à arrêter. Je pense qu’il me manque du soutien. Seule, ce n’est pas évident. Il faut avoir quelqu’un qui nous coache un petit peu. J’espère que cette fois-ci sera vraiment la bonne »

Pour inciter le plus grand nombre de personnes à stopper la cigarette, des stands étaient ouverts à tous ce mercredi matin dans la nef du CHPF. À l’heure actuelle, 4 Polynésiens sur dix sont des fumeurs.

Rédaction web avec Jean-Baptiste Calvas

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu