mercredi 25 novembre 2020
A VOIR

|

Un avion amphibie vient faire le lien entre Raiatea, Bora Bora et Maupiti

Publié le

Le 17 juin dernier, le conseil des ministres a donné son feu vert à la compagnie Tahiti Air Charter pour lui permettre d’effectuer des liaisons aériennes régulières entre Maupiti, Raiatea et Bora Bora. Les rotations ont débuté, pour la plus grande joie des habitants mais aussi des touristes.

Publié le 25/07/2020 à 15:34 - Mise à jour le 25/07/2020 à 15:54
Lecture 2 minutes

Le 17 juin dernier, le conseil des ministres a donné son feu vert à la compagnie Tahiti Air Charter pour lui permettre d’effectuer des liaisons aériennes régulières entre Maupiti, Raiatea et Bora Bora. Les rotations ont débuté, pour la plus grande joie des habitants mais aussi des touristes.

Le Cessna 208 Caravan amphibie de la compagnie est en mode terrestre. L’appareil d’une capacité de 8 passagers effectue des liaisons régulières entre Raiatea, Bora Bora et Maupiti.

Sollicitée pendant la période du confinement, la compagnie a décidé d’adapter son offre à la demande. Depuis cette semaine, 6 rotations trois jours par semaine sont au programme.

« Pendant le confinement, nous avons été amenés à faire énormément de transport d’évasans programmées, explique Stéphane Rozin, pilote formateur. Nous avons transporté un peu plus de 500 personnes pendant un mois et demi. Il y avait une demande forte, notamment pour les habitants de Maupiti, les pensions, les gens qui avaient besoin de venir passer une journée à l’hôpital pour leurs examens médicaux. Et puis on savait qu’à la reprise ça allait être un peu difficile, notamment pour Air Tahiti, donc nous on vient vraiment en complément avec ce module pour Maupiti. On passe par Bora Bora à chaque fois pour être plus efficaces et permettre à tous les habitants des Raromatai de circuler dans les îles. »

Tahiti Air Charter propose ses services pour des déplacements privés ou professionnels, pour assister les populations locales en cas de besoin, ou encore pour assurer du transport de fret. 

« Que ce soient des pêcheurs, des industriels, des administrations, on peut tout à fait réserver, mais là ça va être plutôt un vol charter pour faire uniquement du fret, poursuit Stéphane Rozin. Là, on pourra embarquer plus d’une tonne de matériel à chaque fois. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Axelle et Philippe, des touristes métropolitaines, ont fait appel à la compagnie pour un vol privé. « Ça nous arrangeait pour la programmation du séjour, confie Philippe. C’était plus simple pour nous, c’est pour ça que j’ai contacté très souvent Tahiti Air Charter pour arriver à avoir le vol sur Maupiti et après repartir sur Raiatea sans repasser par Papeete. C’était carrément un taxi avion que pour nous deux, donc c’était incroyable. »

Avec une desserte aérienne traditionnelle au ralenti à Maupiti, cette nouvelle offre ravit les habitants de l’île. « C’est un plus dans le sens où on va pouvoir joindre Bora ou Raiatea plus souvent », sourit Lahaina Tavaearai, la présidente des pensions de famille de Maupiti.

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« La volonté est que la desserte aérienne ne s’arrête jamais, indique quant à lui Woullingson Raufauore, le maire de Maupiti. Evidemment c’est en fonction de toute l’économie touristique, où elle en sera à ce moment, mais je ne doute pas qu’il y a beaucoup de touristes qui veulent venir sur Maupiti. Donc c’est peut-être pour cela qu’il y a des liaisons aériennes jusqu’à au moins la fin d’année. C’est une certitude. »

Tous les vols sont commercialisés en aller simple. Il faut compter 15 000 Fcfp pour un Raiatea-Maupiti, 10 000 Fcfp pour un Bora Bora-Maupiti, et 9 000 Fcfp pour un Raiatea-Bora Bora. Des réductions seront toutefois proposées aux résidents des îles.

infos coronavirus

Covid-19 : quand la crise profite aux coursiers

La crise de la Covid-19 ne fait pas que des malheureux. A contrario du secteur du tourisme ou de la restauration, l’activité de coursier tire son épingle du jeu. Avec le confinement et la propagation du virus, les sociétés de livraison sont plébiscitées par les Polynésiens, en particulier ceux des archipels en cette période des fêtes de fin d’année.