mercredi 28 octobre 2020
A VOIR

|

Turama : lutter contre « les idées fausses autour de la contraception »

Publié le

La direction de la Santé a mené une campagne de promotion de la contraception durant une semaine. Pour faire le point, Sabrina Chanteau, médecin au centre de consultation de la mère et de l’enfant, était l'invitée de notre journal dans notre rubrique Turama :

Publié le 24/09/2019 à 13:02 - Mise à jour le 24/09/2019 à 13:48
Lecture 3 minutes

La direction de la Santé a mené une campagne de promotion de la contraception durant une semaine. Pour faire le point, Sabrina Chanteau, médecin au centre de consultation de la mère et de l’enfant, était l'invitée de notre journal dans notre rubrique Turama :

À qui s’adresse cette campagne ?
« La semaine dernière, on a organisé une grande campagne pour le public, qui s’adressait notamment aux jeunes, aux jeunes filles et aux couples, concernant la contraception. L’objectif est de lutter contre les idées fausses autour de la contraception, de lever beaucoup de freins qu’on a constaté au niveau de la population au sujet de la démarche pour aller demander une contraception. Donc des spots sont passés à la télé, au cinéma, sur les réseaux sociaux. »

On imagine que les jeunes sont plus particulièrement visés. Est-ce qu’on connaît aujourd’hui le chiffre du nombre d’adolescentes qui tombent enceintes en Polynésie ? C’est encore une problématique ?
« Il y a eu en 2018, 130 naissances chez les moins de 18 ans. C’est un taux qui reste stable ces huit dernières années. (…) C’est un taux qui a diminué en fait depuis que la contraception a été légalisée en Polynésie. Là, il reste stable ces dernières années. »

Pourquoi il ne baisse pas ?
« Il y a plusieurs facteurs qui peuvent expliquer cette baisse. En tous cas, au niveau des facteurs environnementaux, il faut savoir que l’accessibilité à la contraception est très grande en Polynésie. Je tiens à rappeler que quasiment tous les contraceptifs sont remboursés par la CPS, que les consultations concernant la contraception auprès des médecins généralistes ou spécialistes (gynécologues, obstétriciens…) sont prises en charge à 100%, que ce soit dans les structures de santé publique ou dans le secteur privé. »

Les jeunes sont-ils plus nombreux à faire usage d’un contraceptif ?
« En Polynésie, la dernière étude a montré que 75% des jeunes qui en ont besoin utilisent la contraception, alors qu’en métropole, le taux est un peu plus élevé puisqu’il est à 86%. »

Cela veut dire qu’il y a un manque de prévention, notamment dans les écoles ?
« Au niveau des écoles, il existe le programme d’éducation à la sexualité. Il s’agit d’apporter des connaissances, des compétences aux adolescents, pour leur permettre justement d’acquérir des bons comportements qui vont leur permettre d’accéder à une sexualité responsable, saine et libre. C’est vrai qu’il y a un axe sur lequel la direction de la Santé va insister plus particulièrement dans le cadre de cette éducation à la sexualité : c’est l’axe des compétences psycho-sociales. Parce qu’on se rend compte que pendant plusieurs années on a apporté beaucoup d’informations. On était beaucoup sur l’informatif au niveau de ces séances, et là, l’OMS nous rappelle qu’il faut aussi ne pas oublier les compétences psycho-sociales. Ce sont les capacités d’un individu à interagir avec les autres, avec son environnement, de manière efficace, constructive et positive. »

On parle également des dangers des contraceptifs. Cela fait débat régulièrement, notamment par rapport au stérilet. Pourquoi cette mauvaise presse ? Et comment faites-vous pour combattre les idées reçues ?
« Déjà, le terme utilisé stérilet peut évoquer la stérilité, hors c’est totalement faux. On ne devrait plus l’appeler ainsi car c’est un nom qui est faussement utilisé. On devrait plutôt l’appeler dispositif intra-utérin. Et une fois qu’il est retiré, la femme peut récupérer une fertilité tout à fait normale. Il y a beaucoup d’idées reçues aussi autour du stérilet comme quoi cela risque de gêner le rapport sexuel, hors c’est également faux. Il n’y a aucune gêne perçue ni par la femme ni par l’homme. »

infos coronavirus

Covid-19 : les salles de sport « sacrifiées » estime Christian Wang Sang

"C'est injuste." "C'est révoltant." Les gérants de salles de sport sont dépités. Alors qu'ils traînent encore des séquelles financières du confinement, c’est...

Covid-19 : Manutea Gay « demande à chacun de se rendre responsable »

Manutea Gay, le responsable de la plateforme covid-19, était notre invité en plateau lundi soir. Il indique que "les messages qui ont été diffusés jusqu’à aujourd’hui ont fait leur temps, il est nécessaire de passer à autre chose", et "demande à chacun de se rendre responsable à titre individuel" face à la pandémie.

Covid-19 : le tourisme mondial en baisse de 70% entre janvier et août

Les arrivées de touristes internationaux ont chuté de 70% dans le monde sur les huit premiers mois de 2020 par rapport à l'année précédente, sous l'effet de la pandémie de Covid-19, a annoncé mardi l'Organisation mondiale du tourisme (OMT).