Tsoung Li’ing Teng, de l’or au bout de la flèche

Publié le

Dans la famille Teng, le cadet Tsoung Li'ing est celui qui excelle dans le tir à l'arc. Suivant les traces de son frère Teddy et sa sœur Heimiti, champions de Taekwondo, il aspire à devenir le meilleur archer Polynésien et s'imposer au niveau national.

Publié le 23/08/2023 à 14:53 - Mise à jour le 23/08/2023 à 15:10

Dans la famille Teng, le cadet Tsoung Li'ing est celui qui excelle dans le tir à l'arc. Suivant les traces de son frère Teddy et sa sœur Heimiti, champions de Taekwondo, il aspire à devenir le meilleur archer Polynésien et s'imposer au niveau national.

On connaissait déjà le grand frère Teddy, champion de Taekwondoo . La soeur Heimiti est, elle, championne de France de la discipline et Miss Dragon 2019. Logique quand on sait que les deux parents sont eux-mêmes ceinture noire. Tsoung Li’ing a lui aussi fait ses classes sur les tatamis, avant de s’orienter vers le tir à l’arc, à l’âge de 11 ans. Et ça se passe plutôt bien : déjà médaillé aux Jeux du Pacifique et champion de Polynésie en 2019, il représentera Tahiti aux Îles Salomon, à partir du 19 novembre 2023.

Le pensionnaire de l’AS Dragon poursuit ses objectifs en métropole, à Villeubanne compagnie Héraclès, où il côtoie des archers d’un meilleur niveau et suit un Master 2 à l’Institut supérieur d’agriculture de Lyon. Grâce à ses progrès, il s’est qualifié pour les championnats de France 2023, qui se sont déroulés à Riom en juillet dernier.

Une fierté pour Tsoung Li’ing, classé 48ème de sa catégorie (Sénior 1 en arc classique), et 59è au classement national. Des résultats plus que corrects sachant l’écart de niveau qui le séparait, à son arrivée en 2018, de la crème du tir à l’arc en France

– PUBLICITE –

Le tir à l’arc exige un savant mélange de concentration et de physique pour contrôler son arc, des compétences « qui s’acquièrent avec le temps et son bien plus difficiles à maîtriser que ça en l’air » , affirme le principal intéressé. Pour y parvenir, il s’entraîne au tir quotidiennement à tirer, dehors, sur une distance de 70 mètres, la distance olympique. « Une compétition de tir à l’arc dure au minimum 4 heures. Pour être performant, il faut être régulier durant tout la compétition, poursuit-il. Le tir à l’arc ne se résume pas à mettre une flèche dans le jaune mais d’en mettre au moins 72″ .

Tirer les archers Polynésiens vers le haut

Outre le diplôme d’ingénieur qu’il devrait décrocher dans les prochains mois, Tsoung Li’ing se voit retourner en Polynésie pour partager son expérience aux jeunes archers Polynésiens. Une façon de promouvoir un sport qui, selon lui, gagnerait à être mis en avant et reconnu pour les efforts qu’il implique.

« Après avoir terminé ma soutenance, je rentrerai sur Tahiti pour les Jeux du pacifique » , déclare-t-il. Fin octobre, environ 3 semaines avant l’échéance des Jeux aux Îles Salomon, il entamera donc la dernière ligne droite de sa préparation pour aller chercher l’or.

Dernières news