mercredi 15 juillet 2020
A VOIR

|

TNTV : 20 ans au service des Polynésiens

Publié le

Publié le 28/06/2020 à 23:49 - Mise à jour le 29/06/2020 à 14:31
Lecture 3 minutes

Le 29 juin 2000, TNTV faisait son entrée dans les foyers polynésiens. Plus de six heures de direct, du jamais vu en Polynésie. La culture du direct et de la proximité est née avec la chaîne et depuis, ne l’a jamais quittée. Dynamique, prêt à relever tous les défis et proche des Polynésiens, voilà « l’esprit TNTV ».

Gaston FLOSSE inaugure TNTV le 29 juin 2000

« C’est LA télé des Polynésiens. Il n’y avait qu’une seule télé, RFO qui était en monopole. Ce n’est pas sain surtout quand on parle d’information. Les Polynésiens méritaient d’avoir leur propre télévision, c’est aujourd’hui chose faite et j’en suis très fier »
Gaston FLOSSE

Dès sa création, la chaîne a compris que mettre en avant le Fenua, c’était faire vivre les archipels. Les plus grands événements sportifs ou culturels sont diffusés pour la plupart en direct : une révolution en Polynésie.

2001 : Olivier HUC et André VOHI commentaient la Hawaiki Nui Va’a en direct

La chaîne des Sports : « Depuis 20 ans, TNTV s’est efforcée de partager les plus grands moments sportifs dans de nombreuses disciplines comme le va’a, le beach soccer, le surf ou encore les sports de combat. Porté par des spécialistes et des passionnés, notre seul objectif est de partager les valeurs du sport et s’unir autour de belles émotions »
Olivier HUC

La chaîne des cultures polynésiennes : « Le cœur de TNTV bat pour la création et le partage d’émotions au travers notamment des grands événements culturels (Heiva i Tahiti, Hura Tapairu, Heiva Tarava, Miss Dragon…). Notre programmation est rythmée par la vie quotidienne et par les passions des Polynésiens »
Mateata MAAMAATUAIAHUTAPU

Les archipels se voient enfin
Dès juillet 2000, les Polynésiens découvrent le quotidien des îles dans un journal dédié : « Le Journal des îles ». Depuis lors, le lien avec les îles s’est intensifié avec des magazines comme « Porinetia », « Taata Tumu » ou encore « Te Natiraa ».

TNTV est aujourd’hui un bien commun des Polynésiens. Elle touche quotidiennement plus de 80 000 téléspectateurs. En 2018, les sondages Médiamétrie, la déclarent leader en Polynésie.

Que de chemin parcouru pour la chaîne du pays. Les années passent mais « l’esprit TNTV » demeure : « dynamisme, réactivité et proximité »

Information : le poumon de TNTV

TNTV est la première et la seule chaîne au Fenua, à assurer la production complète d’un reportage avec un seul journaliste : tournage, commentaire, montage et mixage peuvent être réalisés par une seule personne :
« Nous étions accompagnés par des journalistes professionnels, qui nous ont appris les bases du métier. Déjà le mot d’ordre était polyvalence. C’était une révolution, une manière inédite de couvrir l’info. Nous avons appris et grandi en même temps que TNTV » Tiare Nui PAHUIRI

TNTV est la première chaîne à avoir donné la fonction de rédacteur en chef à un(e) Polynésien(ne) : Mateata Maamaatuaiahutapu (2000), Tiare Nui Pahuiri (2003), puis Moea Pierron (2020).

Depuis 2014 Le Ve’a de TNTV est largement leader sur sa tranche horaire et l’information représente le pic d’audience le plus important de la journée.

Le Digital : une priorité

En 2011, TNTV entre dans l’ère digital : site internet, application mobile, page Facebook, compte Instagram, Twitter et chaîne Youtube.
Le 6 juillet 2019, le site internet fait peau neuve. Il est plus moderne, plus intuitif, et surtout, plus adapté aux mobiles.
En juin 2020, la page Facebook de la chaîne a dépassé les 210 000 mentions j’aime.

Promotion du Fenua à l’étranger

Depuis 2017, l’ensemble des émissions culturelles, sportives, et plus généralement la vie polynésienne s’invite dans le quotidien de 28 millions de foyers en métropole par le biais des offres commercialisées par les distributeurs Orange, Bouygues Télécom, Free et Canal+.

Crédits des photos : Vincent Wargnier/FTF/TNTV

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

De la rue aux études : ancienne SDF, elle...

Elle est l’un des "oiseaux" que Père Christophe suit depuis plus de 20 ans. Brenda a connu la rue lorsqu’elle était adolescente et pendant de longues décennies. À 41 ans aujourd'hui, elle vient de décrocher une licence en reo ma'ohi, en parallèle d’un contrat d’aide à l’emploi en médiation culturelle. Rencontre.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV