mercredi 12 mai 2021
A VOIR

|

Salon du tourisme virtuel : une douche froide pour les organisateurs

Publié le

Et c’est un nouveau coup dur pour le secteur de l’évènementiel ! La prolongation des restrictions sanitaires jusqu’à mi-février vient en effet mettre en péril l’activité déjà très fragilisé après une année 2020 morose. Le salon du tourisme prévu début février se tiendra finalement à nouveau en distanciel, avec des réservations sur le web.

Publié le 17/01/2021 à 8:23 - Mise à jour le 18/01/2021 à 17:29
Lecture < 1 min.

Et c’est un nouveau coup dur pour le secteur de l’évènementiel ! La prolongation des restrictions sanitaires jusqu’à mi-février vient en effet mettre en péril l’activité déjà très fragilisé après une année 2020 morose. Le salon du tourisme prévu début février se tiendra finalement à nouveau en distanciel, avec des réservations sur le web.

Jusqu’au 15 février, les rassemblements de plus de 6 personnes demeurent toujours interdits. Ce qui a décidé les autorités à prolonger les mesures déjà en vigueur: Les nouveaux variants du virus qui inquiètent dans le monde. C’est un nouveau coup dur pour plusieurs secteurs dont l’évènementiel. Le salon du tourisme est un des plus importants de l’année. Il aura finalement lieu à distance. Pour DB Tahiti, chargé par Tahiti Tourisme de l’organiser, c’est une douche froide : « ça représente beaucoup de choses, du chiffre d’affaire bien évidement, mais surtout de l’emploi pour à la fois, les salariés de DB Tahiti, mais aussi pour les prestataires de service qui entourent cette manifestation. C’est à dire plus de 100 personnes qui finalement gravitent autour. Donc ça avait déjà été une douche froide à Noël de leur dire qu’on ne pouvait pas les embaucher, c’est encore un coup dur. »

En 2020, la société a dû annuler la moitié de ses évènements. Le protocole sanitaire très stricts établi par DB Tahiti et soumis aux autorités n’a pas suffi. Si dans cette société aucun licenciement n’a été opéré grâce aux aides du pays, ce n’est pas le cas dans d’autres sociétés d’évènementiel. La directrice, Aude Pasquié est inquiète pour 2021.

Elle espère que le pays et le Haut-commissariat prendront des mesures pour permettre aux sociétés d’événementiel d’organiser à nouveau des manifestations. Si le protocole sanitaire venait à être validé par les autorités, le salon de la femme et celui de l’habitat pourraient avoir lieu au mois de mars mais aucune certitude pour le moment. Le secteur, réel contributeur à l’économie locale, demeure suspendu à l’évolution de la situation sanitaire.

infos coronavirus