jeudi 3 décembre 2020
A VOIR

|

Résidences privées : le confinement est parfois difficile

Publié le

Le confinement ne fait pas que des heureux. Certains occupants de résidences privées se plaignent des mesures prises par les gestionnaires d’immeubles. Parmi celles-ci, l’interdiction d’accéder aux piscines. Ce week-end, un résident récalcitrant s’est retrouvé en garde à vue pour avoir bravé l’interdit.

Publié le 30/03/2020 à 16:51 - Mise à jour le 30/03/2020 à 17:09
Lecture 2 minutes

Le confinement ne fait pas que des heureux. Certains occupants de résidences privées se plaignent des mesures prises par les gestionnaires d’immeubles. Parmi celles-ci, l’interdiction d’accéder aux piscines. Ce week-end, un résident récalcitrant s’est retrouvé en garde à vue pour avoir bravé l’interdit.

Depuis la mise en place du confinement au fenua le 21 mars dernier, la fédération nationale de l’immobilier de Polynésie française, qui gère une quarantaine de résidences privées et leurs 3 000 occupants, a décidé de fermer les zones communes de ses immeubles, comme les piscines.

Une mesure qui n’a pas été du goût de certains habitants. « Vendredi malheureusement, un cadenas a été cassé sur l’une des résidences à Punaauia, explique la représentante de la chambre FNAIM de Polynésie française. Un autre aussi le lendemain sur une autre résidence et, un événement un peu particulier, c’est que la personne qui l’a fait sur cette résidence-là a terminé en garde à vue suite à la plainte qui a été déposée par notre société et surtout par les victimes sur place qui étaient confrontées à cette casse. Les gendarmes ont tranché la situation en disant que c’était une violation des mesures de confinement. Le procureur a retenu toutes les charges. »

Dans un immeuble de Papeete dédié aux personnes âgées, certains résidents s’inquiètent pour leur sécurité, notamment concernant les mesures d’hygiène à appliquer à l’entrée du bâtiment et l’accès des personnes étrangères.

« La veille sanitaire me dit qu’il faut nettoyer les barres des portes à chaque fois, confie Robert Moreau, un résident. Mais ce n’est pas possible, alors je demande à ce qu’on les laisse ouvertes, comme ça on entre et on sort sans toucher les boutons ou les barres. Mais non, ce n’est pas possible. On a fait venir deux jardiniers pour couper l’herbe dans l’immeuble alors qu’on nous interdit de faire venir nos petits enfants, ce qui est normal en période de confinement. Mais comment ça se fait qu’on fait venir deux jardiniers qui sont venus avec des débroussailleuses pour aller dans les étages couper l’herbe, l’un avait un masque, l’autre n’en avait pas ? Et ils n’avaient pas de gants. »

La résidence accueille 154 logements occupés par une population de personnes âgées de plus de 60 ans, donc particulièrement exposée.

infos coronavirus