samedi 11 juillet 2020
A VOIR

|

Mobilisation à Paea contre le projet de Route du Sud

Publié le

La mobilisation s’organise à Paea. Les riverains ont appris il y a quelques jours que le projet de route du Sud était de nouveau d’actualité. Les opposants au projet sillonnent les quartiers munis de pétitions. Une grande réunion publique aura lieu ce samedi.

Publié le 07/09/2019 à 10:58 - Mise à jour le 08/09/2019 à 10:13
Lecture 3 minutes

La mobilisation s’organise à Paea. Les riverains ont appris il y a quelques jours que le projet de route du Sud était de nouveau d’actualité. Les opposants au projet sillonnent les quartiers munis de pétitions. Une grande réunion publique aura lieu ce samedi.

La population de Paea se lève contre le projet de route du Sud. Le projet, qui date de 2004, et qui avait pour vocation à fluidifier le trafic, est réapparu il y a quelques jours à l’occasion de la révision du plan général d’aménagement de la commune (PGA).Depuis, la nouvelle a circulé comme une traînée de poudre à Paea, où 300 riverains pourraient être concernés par d’éventuelles expropriations. Ils se mobilisent pour se faire entendre : groupes sur les réseaux sociaux, pétitions… Une grande réunion publique est même organisée aujourd’hui.

De leurs côtés, Patrice Teinauri et Gilles Parzy sillonnent un par un les quartiers de Paea. À Tiapa, ils informent la population : le tracé prévisionnel de la Route du Sud y passerait. « On est soulagés du positionnement de la commune en notre faveur. Il a été clairvoyant. On veut prévenir tous les concernés qu’il y a d’autres solutions raisonnables. On ne veut pas que notre patrimoine soit impacté (…) Les gens sont à 99,9% opposés à cette route. Ils avaient besoin d’être informés parce qu’ils ne l’étaient pas. C’était déjà sorti des cartons, et il est grand temps que l’on pense à d’autres solutions raisonnées. C’est pour ça qu’on est là. On attend plus que du monde, à Orofero : un raz-de-marée. Le projet s’arrêtera parce qu’il est irréaliste, inhumain. On a des solutions qui résolvent les problèmes dans Papeete et pas seulement. Sur les routes. Quand on développe les autres pôles de l’île dans les vallées : on concentre de l’activité décentralisée vers s’autres lieux que Papeete. Le trafic avec. On crée des emplois durables, pas ceux qui durent le temps d’un chantier. On veut que les milliards soient utilisés non pas pour du goudron, mais pour développer le Pays » explique Gilles, riverain de Maraa et défenseur de l’environnement. « Il faut tenir, on ne doit pas lâcher. C’est pour nos petits enfants. C’est important ! » ajoute Teriitua, riverain de Tiapa.

Pour certains riverains, cette route permettrait toutefois d’en finir avec les embouteillages. « Il y a beaucoup de riverains qui sont contre la route, mais c’est pas non plus la majorité. Ici, à Paea, on aime bien notre commune et on aimerait bien rester y vivre. Le matin, à 5 heures, il y a déjà des embouteillages. Il faut partir à 4 heures 30. Ceux de la Presqu’île, ils partent parfois à 3 heures du matin. J’imagine que dans dix ans, ça ne sera plus possible. Et on n’a pas envie d’aller vivre en appartement à Papeete. On aimerait bien rester ici. Il faut des réseaux routiers, je pense que c’est obligé, et je suis pour. Ça peut aussi permettre de désenclaver l’intérieur de l’île. Maintenant, on vit tous un peu les uns sur les autres, tout au long du littoral : il faut partir vivre dans les montagnes et désenclaver » confie Vaite, riveraine de Tiapa et favorable au projet.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Mais les signatures s’accumulent sur la pétition pour s’opposer au projet. « Les gens sont plus ou moins réveillés, ils sont heureux de signer cette pétition » précise Patrice. Les voix s’élèvent également sur les réseaux sociaux. Un groupe « Paea contre le projet de route du Sud » rassemble près de 500 internautes :

Le rendez-vous est donné aujourd’hui à 16 heures, à Orofero, où se tiendra une réunion d’information des riverains, à l’initiative de plusieurs familles du quartier. 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV