dimanche 29 novembre 2020
A VOIR

|

Menace de grève générale : le Pays propose de payer pour les cas contact à l’isolement

Publié le

Le préavis de grève générale prend fin mardi à 00h. Les représentants du patronat étaient reçus à la présidence ce lundi.

Publié le 07/09/2020 à 16:59 - Mise à jour le 07/09/2020 à 17:00
Lecture 2 minutes

Le préavis de grève générale prend fin mardi à 00h. Les représentants du patronat étaient reçus à la présidence ce lundi.

La question qui préoccupe le plus les représentants du patronat : qui prendra en charge la période d’isolement des cas contact. Les patrons ont été clairs : ils refusent de payer pour de l’inactivité.

Lire aussi – Covid-19 : Les patrons refusent de payer pour l’isolement des cas contact

« La première partie des discussion est terminée, la partie avec les employeurs (…) ce qui nous a été proposé, pour les gens qui sont dans le premier cercle, qui auront une attestation d’isolement stricte à leur logement, il y aurait une prise en charge du Pays par des dispositifs qui existent déjà, explique Christophe Plée, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises, à la sortie de la réunion. Le Pays propose un revenu exceptionnel de solidarité de 100 000 Fcfp par mois, c’est-à-dire pour 14 jours, un plafond de 46 600 pour chaque salarié qui sera mis en isolement à son domicile. La deuxième partie c’est pour les patentés, s’ils sont immobilisés chez eux ce sera la même chose mais par l’intermédiaire du Dieseti (…) C’est pour l’instant ce qui a été proposé aux organisations patronales. Je ne connais pas l’avis des salariés sur ce sujet. En tout cas nous on a pris acte de cette indemnisation par l’intermédiaire de dispositifs qui existent déjà donc pas très long à mettre en place par un arrêté en conseil des ministres vraisemblablement la semaine prochaine. Ça va déjà rassurer les entreprises qui ne souhaitaient pas payer pour de l’inactivité. »

Pour les représentants des patrons, il s’agit désormais de vivre au mieux avec la covid-19 et d’éviter une explosion de cas qui encombrerait les services de santé : « La question n’est pas de savoir s’il y aura des morts ou pas : il y en aura (…) Il s’agit de vivre avec la covid. (…) On a été jusqu’au bout des propositions qu’on pouvait faire nous les organisations patronales (…) C’est eux (les autorités, NDLR) qui font la stratégie et qui assumeront. (…) Il faut qu’on assume le fait que le covid est là. »

« Ce n’est pas la peste comme dit le président. Gardons notre Sang froid. C’est par le sang froid qu’on peut aborder ce genre de sujet en entreprise aussi », estime Olivier Kressmann,vice président du Medef.

Plus d’infos à suivre ce soir dans nos journaux
Ve’a : 18h
Journal en français : 18h30

infos coronavirus

Malgré la Covid, forte affluence au marché de Papeete le dimanche

Alors que les bars, discothèques et salles de sport sont fermés et les animations commerciales en plein air interdites, le marché de Papeete, lui, était encore bondé ce dimanche. La direction a renforcé son dispositif afin de lutter contre la propagation du coronavirus, mais il reste difficile de faire respecter la distanciation sociale en raison de l'affluence...

À Raiatea, le ma’a tahiti pour aider les jeunes à s’en sortir

Pour sortir du marasme économique, à Raiatea, une famille de Tumaraa mise sur un savoir-faire ancestrale : le "ahi ma'a". Depuis le début de la crise, plusieurs jeunes se retrouvent sans emploi, et le retour aux sources pourrait les aider à sortir de ce mauvais pas...

Eugène Sommers, président du CESEC : « Il y a 640 milliards qui dorment » dans les banques

Afin de faire un tour d’horizon de l’actualité, Eugène Sommers, président du Conseil Économique, Social, Environnemental et Culturel de la Polynésie française (CESEC), était l'invité de notre journal :