jeudi 23 septembre 2021
A VOIR

|

Mariage polémique : Moetai Brotherson s’excuse et dénonce

Publié le

Dans un live Facebook, le député indépendantiste Moetai Brotherson demande pardon et dénonce certains propos tenus pas le président Fritch lors du mariage du vice-président Tearii Alpha. Il pointe aussi du doigt l'inaction du Haut-commissaire.

Publié le 09/08/2021 à 14:54 - Mise à jour le 09/08/2021 à 15:05
Lecture 2 minutes

Dans un live Facebook, le député indépendantiste Moetai Brotherson demande pardon et dénonce certains propos tenus pas le président Fritch lors du mariage du vice-président Tearii Alpha. Il pointe aussi du doigt l'inaction du Haut-commissaire.

Dans un live Facebook donné sur sa page, Moetai Brotherson revient sur le mariage du vice-président Tearii Alpha, qui s’est déroulé jeudi dernier et qui a largement secoué la Toile. Lors de son invitation, le député polynésien dit avoir eu confirmation que les mesures sanitaires seraient respectées.

“Mon invitation a été envoyée avant que les consignes se durcissent, je me suis dit que j’allais y aller parce qu’on ne se marie pas tous les jours. J’en ai parlé à mon épouse, […] elle m’a demandé si je voulais vraiment y aller, par rapport à la situation sanitaire. […] Je pensais que les mesures sanitaires seraient forcément respectées, s’agissant du Vice-Président”. “La veille, j’avais demandé à Tearii Alpha si, avec les nouvelles mesures, le mariage allait quand même se tenir dans les conditions requises”.

Moetai Brotherson donne également quelques détails sur le déroulé du mariage. “On ne devait pas, et ça a été annoncé d’emblée, se lever pour aller chercher des boissons. On attend que les serveuses qui passaient avec des plateaux viennent. Les tables étaient servies deux par deux avec masques”.

Après une brève chronologie de l’événement, le député indépendantiste dit avoir été choqué par le discours tenu par le président Fritch lors du mariage.

“Ce discours m’a tellement dérangé qu’à ce moment là, avec ma femme, on s’est dit “on s’en va””. “J’ai bien en mémoire certains des mots qui ont été prononcés et ça, ça m’a beaucoup choqué. J’ai entendu “ceux qui ont critiqué ce mariage, ce ne sont que des jaloux”. […] J’ai entendu “attention, il y a la journaliste qui est dehors. Si jamais vous la voyez en sortant, ta’ue i roto i te miti [ndlr : jetez la dans la mer, en français]”.

Lire aussi : mariages : le haut-commissariat rappelle les règles

Moetai Brotherson précise qu’au moment de son départ, aucune animation musicale venant de la part d’Edouard Fritch et du maire de Papeete, Michel Buillard, n’avait encore démarré.

“Il faut demander pardon”

Conscient que son comportement a pu froisser quelques internautes, Moetai Brotherson demande plusieurs fois pardon.

“Il faut demander pardon. J’ai accepté de le faire […] mais j’aurais dû écouter ma femme. D’y aller, c’était une grosse bêtise, il faut le dire. Et je demande humblement et sincèrement pardon aux Polynésiens que ça a choqué, aux soignants surtout qui sont débordés et qui reçoivent, à travers ce type de manifestation, un message complètement flou, contradictoire. A tous ceux que ça a contrarié, choqué, peiné, attristé, scandalisé, je vous demande de me pardonner”.

Lire aussi : Mariage à Teva i Uta : des investigations en cours

Mais si le député reconnait son erreur, il déplore néanmoins l’inaction des autorités de l’Etat qui, selon lui, étaient pourtant bien au courant du mariage.

“J’ai quand même un gros problème avec la tenue de ce mariage. C’est que le Haut-commissaire était invité, qu’il était parfaitement au courant que ce mariage allait se tenir puisqu’il a refusé la première demande de dérogation. Il était au courant que ce mariage allait se tenir. […] Un simple coup de fil du Haut-commissaire aurait suffit à dépêcher 2 ou 3 gendarmes pour venir vérifier le format de l’événement, et éventuellement mettre des amendes, faire des constats, etc. On n’a pas vu un seul gendarme. […] Il y avait quand même sur place un très haut fonctionnaire de l’Etat. Ca aurait été très facile pour le Haut-commissaire de faire annuler ce mariage”.

Rédigé par

Article précédentHPI
Article suivant14e commémoration du crash d’Air Moorea

infos coronavirus