samedi 10 avril 2021
A VOIR

|

Les collégiens de Teva i Uta débattent sur les pour et les contre d’Internet

Publié le

Publié le 09/02/2019 à 12:32 - Mise à jour le 09/02/2019 à 12:32
Lecture 2 minutes

Internet et les smartphones sont des éléments essentiels dans le quotidien de la majorité des adolescents. Mais rares sont les parents qui prennent réellement le temps de discuter avec leurs enfants sur la bonne utilisation de ces outils. Les adolescents sont alors souvent livrés à eux-mêmes face aux dangers que peuvent parfois représenter la mauvaise utilisation d’Internet, et surtout des réseaux sociaux. C’est en partant de ce constat, que Mahinatea Flohr, enseignante au collège de Tinomana EBB de Teva i Uta a souhaité organiser un débat avec des élèves de classes de 5e.

>>> Lire aussi : Bagarres filmées : les vidéos se multiplient sur les réseaux sociaux

« Qu’est-ce que les gens veulent savoir ? Qu’est-ce que les gens doivent savoir ?  La réponse à ces deux questions résume la tâche quotidienne des journalistes pour informer la population polynésienne » explique un journaliste de TNTV, invité à débattre avec les élèves.  Après un bref exposé sur la nécessité de traiter objectivement les informations : place au débat. Les élèves devaient expliquer pourquoi ils étaient pour ou contre l’utilisation des smartphones, et si l’ordinateur ou Internet les isolait du monde.

« C’est mieux de profiter de nos amis et de tout ce qu’on a autour. Le téléphone peut attendre. Nos amis, un jour, on  ne les verra plus, alors que le téléphone continue d’exister » explique une jeune fille. « Je n’ai pas trop d’amis dans mon quartier et je me sens un peu isolée, c’est pour ça que je suis souvent sur internet à la maison pour parler à mes amis »  répond une autre. À la fin du match, la balance a finalement penché du côté des adversaires du smartphone.

>> Lire aussi : Une campagne de sensibilisation sur le bon usage d’Internet
 
Les élèves ont réussi à chaque fois à contrer ou étayer tous les arguments proposés. Ils avaient tout de même 4 séances pour préparer cet exercice. « Ils ont imaginé leurs propres arguments et ensuite ils ont fait des recherches pour voir s’il y avait des psychologues, des spécialistes etc. qui avaient déjà traité la question. Et aujourd’hui, je suis ravie, car j’ai constaté que les élèves avaient plutôt bien participé » a déclaré l’enseignante.

L’exercice était noté, et ceux qui ont été le plus actifs durant le débat ont obtenu des points bonus.
 

Rédaction web avec Sam Teinaore

infos coronavirus