lundi 13 juillet 2020
A VOIR

|

Les bords de routes « saccagés », l’association Fareatai to’u mataeinaa veut qu’on respecte son travail

Publié le

L’association Fareatai to’u oire tire la sonnette d’alarme : depuis quelques mois, les végétaux plantés aux abords des routes à Fareatai ont été saccagés par les employés du service de l’Equipement en charge du nettoyage et de la sécurisation de la voie publique. Les bénévoles de l’association demandent que leur travail soit respecté. De son côté l’Equipement rappelle qu’il intervient sur son domaine et qu’aucune autorisation n’a été accordée à cette association

Publié le 01/06/2020 à 14:45 - Mise à jour le 01/06/2020 à 14:46
Lecture 2 minutes

L’association Fareatai to’u oire tire la sonnette d’alarme : depuis quelques mois, les végétaux plantés aux abords des routes à Fareatai ont été saccagés par les employés du service de l’Equipement en charge du nettoyage et de la sécurisation de la voie publique. Les bénévoles de l’association demandent que leur travail soit respecté. De son côté l’Equipement rappelle qu’il intervient sur son domaine et qu’aucune autorisation n’a été accordée à cette association

« Je n’en peux plus. C’est fatiguant, énervant », se désole Solange Tefaaite, présidente de l’association Fareatai to’u mataeinaa. C’est un cri de colère que lancent les membres de l’association Fareatai to’u mataeina’a… Depuis plusieurs mois, ils constatent avec désarroi, que leur travail est saccagé par les engins de l’équipement. « Ils nettoient le côté de la montagne et ils ne trouvent pas mieux que de jeter de l’autre côté de la route, par dessus toutes les plantes qui ont été plantées en bord de route. C’est un travail anéanti (…) Il y a même des trous où il n’y a plus rien dedans donc ils ont sûrement poussé. On voit bien qu’il y a un manque de respect pour le travail d’autrui. Ça fait mal au coeur. »

Depuis 4 ans, avec le soutien de la commune de Taputapuatea, l’association nettoie et embellie bénévolement les abords de route de Fareatai sur un tronçon de 6 kilomètres. Un rôle qu’elle prend à cœur, mais après les faits de ces derniers jours, le moral des troupes est au plus bas. Pourtant, une rencontre avait déjà été amorcée. « On s’est rendus à l’Equipement à Yturoa. On leur a demandé de faire quelque chose puisque, jusqu’à preuve du contraire, c’est quand même eux qui demandent à leurs ouvriers d’aller travailler en bord de route, et ils nous ont répondu qu’il fallait prendre des photos et envoyer au ministère de l’Equipement. Chose que je n’ai pas faite parce que je trouve ça inutile. La preuve, j’ai été me plaindre et ça continue. Le bord de route leur appartient, je suis d’accord, mais c’est embelli, c’est entretenu, ce n’est pas comme si c’était à l’abandon. »

Contacté, le chef de la subdivision de l’équipement de Raiatea rappelle qu’aucune autorisation d’occupation provisoire du domaine publique n’a été faite par l’association. L’équipement agit dans ses obligations, à savoir la sécurisation des routes et des abords. Il rappelle également que l’emprise de 12 mètres de la route de ceinture doit rester dégagée pour faciliter toute intervention des agents de l’équipement. Et enfin, un responsable sera désigné pour rencontrer les membres de l’association afin de régulariser le conflit.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Le syndicat des guides de randonnée fait part de...

Pour exercer le métier de guide de randonnée, il faut être titulaire d'un brevet professionnel polynésien de guide d'activités physiques de pleine...

Surf : Kauli Vaast remporte la Coupe de la...

Le jeune surfeur du fenua a remporté avec brio ce mardi la première édition de la Coupe de la Fédération Française de surf qui avait lieu à Hossegor, dans les Landes.

Steve Teihotaata remporte la Te Aito Manihi 2020

Steve Teihotaata a remporté ce samedi la course de va'a ho'e Te Aito Manihi 2020 en catégorie seniors hommes. Chez les dames, c'est Vaimiti Maoni qui remporte la première place.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV