mardi 27 septembre 2022
A VOIR

|

Communiqué

La CCISM prend la gestion de la Polynesian Factory

Publié le

COMMUNIQUÉ - La Chambre de Commerce, d’Industrie, des Services et des Métiers (CCISM) s'est vue confier la gestion et le développement de la Polynesian Factory par le Pays, un partenariat public/ privé qui s’est concrétisé par la signature d’une convention entre le Pays et la CCISM.

Publié le 05/03/2022 à 11:00 - Mise à jour le 05/03/2022 à 11:00
Lecture 4 minutes

COMMUNIQUÉ - La Chambre de Commerce, d’Industrie, des Services et des Métiers (CCISM) s'est vue confier la gestion et le développement de la Polynesian Factory par le Pays, un partenariat public/ privé qui s’est concrétisé par la signature d’une convention entre le Pays et la CCISM.

Le vice-président et ministre du Logement, Jean-Christophe Bouissou, et le président de la CCISM, Stéphane Chin Loy, ont signé vendredi après midi une convention de partenariat dans le cadre de la gestion et le développement de la Polynésian Factory. La signature, c’est déroulée dans les locaux de la Polynésian Factory en présence de Yvonnick Raffin, ministre de l’Economie et Virginie Bruant, ministre du Travail.

Le Schéma directeur d’Aménagement Numérique, constitue le référentiel commun des actions publiques et privées pour le développement du numérique sur le territoire polynésien. C’est dans l’ambition de ce schéma directeur que le Pays a décidé de soutenir le développement
d’un écosystème propice à l’éclosion de projets innovants.

Ainsi, la Polynesian Factory (#PF.PF) est une zone de convergence d’activités dédiées au développement de l’économie par l’innovation. Cette zone d’activité doit à la fois permettre d’assurer l’accès aux activités au plus grand nombre et de porter les politiques de développement économique et social liées à l’innovation. À terme, elle devra regrouper un ensemble d’espaces de convergence visant à stimuler la recherche, l’innovation et l’entrepreneuriat sous de nouvelles formes telle que l’intrapreunariat. En ce sens, la Polynesian Factory vise l’accompagnement d’initiatives privées mais aussi publiques, principalement :
– en matière d’innovation et de construction d’écosystèmes innovants en proposant un lab privé, un lab public et un Fab lab. ;
– en matière d’entrepreneuriat avec l’incubateur PRISM et le premier accélérateur de startups issu d’une collaboration entre la CCISM et Christian Vanizette qui devrait voir le jour d’ici le 2nd semestre 2022.
– en matière de formation et d’inclusion sociale ;
– en matière de transformation digitale.

La Polynesian Factory participe aussi à l’essor de l’attractivité et du rayonnement du Pays et de sa jeunesse, plus particulièrement sur les sujets de développement durable et des technologies au service du bien commun (“tech for good”).

La Polynesian Factory connaîtra deux phases de déploiement. La première phase se fera sur le site de la Polynesian Factory à Pirae, offrant un espace de travail de 680 m² et un parking de 1 200m² pouvant accueillir des extensions modulaires de surface.

Dans la seconde phase d’ici à 2025, la Polynesian Factory rejoindra sa localisation définitive dans le nouveau bâtiment dédié à la convergence économique et porté par la CCISM sur l’emprise actuelle du Pôle Entreprises. “Avec l’ensemble des élus de la CCISM, nous avons lancé le projet de construction d’un nouveau bâtiment qui a pour vocation d’héberger l’ensemble de l’écosystème dédié à l’entreprenariat en Polynésie. Il me semble essentiel que nous réussissions à réunir, fédérer et faciliter les échanges pour créer des synergies afin de proposer aux porteurs de projets et chefs d’entreprises un service à la hauteur de leur contribution au développement économique de notre Pays. Je suis convaincu qu’il ne faut pas traiter l’innovation et le digital à part mais comme une partie intégrante de la dynamique d’entreprise” explique Stéphane Chin Loy.

Ce bâtiment regroupera l’ensemble des services de ce dernier (centre de formalités des entreprises, accompagnement en gestion, à l’export…), les services du PAYS (DICP, l’ADE, et le RCS), la CPS, les financeurs comme Initiative ou la Sofidep, des salles de formations et la Polynesian Factory.

Le Pays et la CCISM se sont accordés sur un portage partagé, illustration d’un réel partenariat entre les pouvoirs publics et les acteurs privés. En effet, la CCISM a déjà fait la démonstration de sa capacité à porter ce type de projets tels que l’incubateur PRISM ou encore la grande école du numérique. La Polynesian Factory bénéficiera ainsi, de l’apport méthodologique d’équipes rompues à l’amorçage de dynamiques multi-acteurs complexes.

Parallèlement, la Polynesian Factory accueille dans les mêmes locaux la nouvelle Agence de développement économique.

La signature de cette convention entre le Pays et la CCISM doit permettre de s’adresser à tous les publics. L’objectif étant d’œuvrer pour l’inclusion sociale. “On ne peut pas, on ne doit pas, dissocier d’un côté la volonté de faire entrer davantage notre Pays dans le monde du digital et de l’innovation, de l’autre côté la responsabilité que nous avons, tous, d’œuvrer pour l’inclusion sociale. Nous nous réjouissons de partager cet objectif avec la CCISM” a déclaré le vice-président dans son discours.

infos coronavirus