Inquiétude des Calédoniens bloqués au fenua : « Nous nous sentons abandonnés »

Publié le

Ils seraient environ 280 Calédoniens bloqués au fenua. Malgré une aide débloquée par la province Sud d’environ 50 000 Fcfp par personne, une vingtaine de ressortissants ont convié la presse, ce dimanche, pour faire entendre leur voix. "On a besoin de rentrer en Nouvelle-Calédonie et d'avoir surtout des perspectives. C'est ce manque d'informations qui nous perturbe beaucoup" , soufflent-ils.

Publié le 26/05/2024 à 16:16 - Mise à jour le 27/05/2024 à 11:29

Ils seraient environ 280 Calédoniens bloqués au fenua. Malgré une aide débloquée par la province Sud d’environ 50 000 Fcfp par personne, une vingtaine de ressortissants ont convié la presse, ce dimanche, pour faire entendre leur voix. "On a besoin de rentrer en Nouvelle-Calédonie et d'avoir surtout des perspectives. C'est ce manque d'informations qui nous perturbe beaucoup" , soufflent-ils.



Depuis les émeutes en Nouvelle-Calédonie, le téléphone est devenu leur seul lien avec ceux restés sur le Caillou. Près de 280 Calédoniens sont bloqués au fenua depuis deux semaines. Une angoisse difficile à supporter pour une partie d’entre eux, qui a invité la presse à les rencontrer ce dimanche. Leur principal grief : un défaut d’information sur leurs perspectives et sur les moyens mis en place pour les rapatrier, certains calédoniens d’Australie et de Nouvelle-Zélande ayant, eux, pu rentrer en Nouvelle-Calédonie.

« On a besoin de rentrer en Nouvelle-Calédonie et d’avoir surtout des perspectives. C’est ce manque d’informations qui nous perturbe beaucoup. Nous nous sentons abandonnés, déplore Véronique, ressortissante calédonienne. L’organisation sur place est très compliquée puisque nous devons trouver un logement au jour le jour, multiplier nos dépenses au jour le jour (…) Il y a une générosité exemplaire en Polynésie, poursuit-elle. Nous avons appris hier soir que le président de la Polynésie allait mettre en place un dispositif pour nos rapatriés » .

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook ce dimanche, Moetai Brotherson a, en effet, confirmé que l‘avion militaire rapatriant le premier contingent de Polynésiens en partance de Nouméa repartira vers la Nouvelle-Calédonie, demain après-midi. Les Calédoniens souhaitant embarquer sur ce vol sont par ailleurs invités à se manifester auprès des autorités en s’inscrivant sur la plateforme tauturu.presidence.pf.

Certains comptent sur l’hospitalité des Polynésiens, d’autres sur des économies. Tous passent par la case administrative pour faciliter leur retour sur le Caillou. « Tous les jours, on nous envoie des formulaires à compléter, souffle Véronique. On fait bien volontiers les formulaires du Haussariat de Polynésie, de Nouvelle-Calédonie, de Air Calin (…) Sur le plan administratif, on est vraiment toujours à clair. Mais on attend des réponses concrètes » . La province Sud a ainsi prévu 50 000 francs par personne bloquée au fenua.

Les footballeurs de Magenta également bloqués

Venue participer à l’OFC Champions League, l’équipe de football de l’AS Magenta est parvenue jusqu’en demi-finales (défaite 1-0 contre Auckland City), le 22 mai. Leur tournoi fini, les vingt joueurs et le staff, plus quelques jeunes de l’équipe – trente personnes au total- sont restés dans l’expectative. Logés dans le bâtiment de l’ISPF de Pirae, les Calédoniens comptent les jours au rythme des nouvelles de leurs familles.

« On n’a pas de nouvelles fiables sur notre date de retour, soupire le président du club Alexandre Pelluchon. On nous parle d’un point aérien entre la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française. On nous dit qu’il y a un avion militaire qui pourrait partir pour rapatrier des Polynésiens qui sont en Calédonie » . Autre solution incertaine, attendre la réouverture de l’aéroport international aux vols commerciaux et passer par Air Calin.

L’équipe envisage de faire appel à la Confédération du football d’Océanie (OFC). « La deuxième option, c’est d’envoyer notre équipe à Auckland, au centre d’hébergement de l’OFC. Et d’attendre à Auckland, au lieu d’attendre à Tahiti. Le départ pour Auckland se ferait lundi matin (…) Certains joueurs sont pères de famille. Donc, c’est des moments plus compliqués quand on est à distance. Après, on a l’impression que la situation tente à s’apaiser, même si ça semble encore tendu » .

Bonne nouvelle toutefois dans le sens inverse, puisque les joueurs du Papeete rugby club, eux, font partie des 80 Polynésiens de retour au fenua, ce dimanche soir.

Dernières news

Activer le son Couper le son