jeudi 26 novembre 2020
A VOIR

|

French bee va reprendre ses vols vers Tahiti le 15 juillet

Publié le

Après plus de deux mois d'arrêt de vols à cause de la crise, la compagnie low cost French bee, filiale du groupe Dubreuil, annonce la reprise progressive de ses vols vers et depuis la Polynésie française.

Publié le 15/06/2020 à 9:49 - Mise à jour le 15/06/2020 à 9:49
Lecture < 1 min.

Après plus de deux mois d'arrêt de vols à cause de la crise, la compagnie low cost French bee, filiale du groupe Dubreuil, annonce la reprise progressive de ses vols vers et depuis la Polynésie française.

French bee a opéré son dernier vol vers et depuis Papeete le 15 mars dernier. La compagnie a annoncé la suspension de la desserte à compter du 18 mars dernier.

Une exception a été faite : un vol dédié à l’acheminement de médicaments à destination de Tahiti, effectué le 12 mai.

Suite à l’annonce des autorités de rouvrir la Polynésie aux lignes internationales, la compagnie a décidé de reprendre ses vols.

Un vol spécial aura lieu le 10 juillet dans le cadre du retour en métropole de familles d’enseignants. Ce premier vol passera par Pointe-à-Pitre où French bee dispose du support des escales d’Air Caraïbes, sa compagnie sœur.

À partir du 15 juillet, les vols entre la métropole et le fenua reprendront à raison d’une fréquence par semaine d’abord, puis de deux à partir du mois d’août. Ces vols s’appuieront, en principe, sur l’escale américaine de San Francisco, annonce la compagnie. Cependant French bee travaille à une escale alternative, si les Etats-Unis ne rouvraient pas leurs aéroports au trafic international.

Durant la crise, de nombreux clients de French Bee ont fait part de leur mécontentement quant au manque de communication.

Article précédentCiné Nui : fight for your rights
Article suivantSALT

infos coronavirus

Moetai Brotherson regrette que les aides de l’État ne soient pas indexées

Le député Moetai Brotherson était notre invité en plateau mardi soir. Nous avons fait un point avec lui sur la situation sanitaire et économique du fenua, mais aussi sur le procès en appel de Radio Tefana.