De retour du point Nemo, l’explorateur Chris Brown se rend au point d’inaccessibilité de Tahiti

Publié le

Fin mars, Chris Brown est devenu le premier homme à nager au point Nemo, le point le plus éloigné de toute vie humaine et des terres émergées. Il s'est ensuite rendu à Tahiti, à bord du Hanse Explorer, et est allé en montagne, afin de trouver le point d'inaccessibilité de l'île. Rencontre.

Publié le 22/04/2024 à 15:09 - Mise à jour le 24/04/2024 à 9:22

Fin mars, Chris Brown est devenu le premier homme à nager au point Nemo, le point le plus éloigné de toute vie humaine et des terres émergées. Il s'est ensuite rendu à Tahiti, à bord du Hanse Explorer, et est allé en montagne, afin de trouver le point d'inaccessibilité de l'île. Rencontre.


Il est Britannique, il a 62 ans, il est entrepreneur, et surtout explorateur et aventurier : « J’ai pour mission de visiter les 8 pôles d’inaccessibilité sur la planète terre ». Un pôle d’inaccessibilité est « un endroit éloigné au maximum d’un ensemble de caractéristiques géographiques. Construit par analogie avec les pôles géographiques, un pôle d’inaccessibilité ne désigne pas un phénomène physique précis, mais une construction géographique ». C’est donc le point le plus éloigné des océans et de toute côte sur terre.


« Je ne viens pas d’une famille très riche, on ne voyageait pas beaucoup. Dès que j’ai été à l’université, je faisais du ‘backpacking’ en Amérique du Sud. Je travaillais à Noël et l’été, je voyageais. Je suis allé au Machu Picchu à une époque où il n’y avait pas beaucoup de touristes. J’ai toujours adoré voyager » confie Chris.

En 2016, il se rend à la base militaire du Pôle Sud avec l’astronaute Buzz Aldrin (deuxième homme à avoir marché sur la Lune, Ndlr) où il apprend l’existence là-bas d’un pôle d’inaccessibilité. Deux ans plus tard, lors d’une soirée, Chris rencontre des personnes qui ont réalisé l’ascension des Sept sommets (les montagnes les plus élevées de chacun des sept continents, Ndlr) : « C’est impressionnant, ça doit être super de pouvoir cocher ça dans sa liste des choses à faire, mais bon, ce n’est pas vraiment quelque chose qui me tentait plus que ça. Je me suis rappelé de 2016, de quand j’avais été au Pôle Sud, et je me suis dit, mais pourquoi pas être la première personne au monde à se rendre dans tous les pôles d’inaccessibilité ? ».


Il entame alors quelques recherches avant de se lancer : « Quelqu’un a déjà fait 3 pôles d’inaccessibilité, mais personne ne les a tous faits. Par définition, c’est difficile de s’y rendre ». En Afrique, par exemple, le pôle d’inaccessibilité est près de la ville d’Obo, en République Centrafricaine, près de la frontière avec le Soudan du Sud et la République démocratique du Congo. Une zone difficile d’accès, en pleine jungle, mais aussi une zone de combats. Chris a dû s’y rendre en hélicoptère, accompagné de forces spéciales et de soldats. Pour se rendre en Antarctique, au Pôle Sud d’inaccessibilité, cela lui a pris 4 ans d’organisation et lui a coûté une petite fortune…


Le grand voyageur s’est rendu pour le moment dans plus de 80 pays et dans 6 pôles d’inaccessibilité : »Il m’en reste encore deux à faire : le pôle eurasien d’inaccessibilité, et le pôle Nord d’inaccessibilité ».

« Les meilleurs moments sont ceux avec les gens que je rencontre. Ce sont les gens et leurs histoires qui font l’expérience. »

Chris Brown

Toujours en quête d’aventures, Chris avait même pris son ticket pour le sous-marin Titan afin d’aller observer en juin 2023 l’épave du Titanic. Le submersible avait implosé à plusieurs milliers de mètres de profondeur, entrainant la mort de ses 5 passagers : « J’ai finalement choisi de ne pas y aller. J’avais quelques préoccupations sur les questions de sécurité. Quand j’ai regardé comment ils l’avaient développé (le sous-marin, Ndlr) et construit, je n’étais pas très rassuré et satisfait. On aurait dit que ç’avait été fait avec peu de moyens financiers. Par exemple, il n’y avait pas de siège pour s’asseoir, et il fallait s’asseoir sur un sol qui n’était pas ignifuge. Les lumières sur les murs étaient des lumières que l’on peut trouver dans n’importe quel magasin… La commande ressemblait à la manette d’une PlayStation… et plein d’autres choses qui font que je ne le sentais pas ».

Du point Nemo… à la recherche de point d’inaccessibilité à Tahiti

Avant de venir au fenua, Chris Brown était au point Nemo, le pôle maritime d’inaccessibilité qui se situe dans le Pacifique Sud. C’est le lieu au monde le plus éloigné de toute terre émergée : « Le temps était mauvais et j’étais vraiment, vraiment malade. Pour se rendre au point Nemo, on a eu une toute petite fenêtre de tir au niveau du temps, car un ouragan s’y dirigeait. Je ne suis pas le premier à y être allé, mais je suis le premier à m’y être baigné » explique Chris, qui s’y est rendu avec son fils.


Pour se rendre au point Nemo, l’explorateur est parti de Santiago au Chili, direction l’île de Pâques à bord du Hanse Explorer, navire de 48 mètres capable de naviguer dans les eaux polaires en brisant la glace : « Je n’ai pas de ‘bucket list’, mais si j’en avais une, l’île de Pâques serait dessus ».

Arrivé ensuite à Tahiti, toujours à bord du Hanse Explorer, Chris s’est d’abord reposé : « J’adore être sur terre, surtout quand tu passes autant de temps en mer… Dès que je suis arrivé ici, je suis donc resté sur terre, et je me suis habitué à la chaleur ! » avant de partir à la recherche du point d’inaccessibilité à Tahiti (le point d’une terre émergée qui est situé le plus loin possible des côtes). Et il l’a trouvé, dans les montagnes : « Sur la photo (ci-dessous, Ndlr), je suis à 203 mètres du point d’inaccessibilité pour Tahiti – les 200 mètres suivants étaient constitués d’une brousse dense sur une colline très raide, pour laquelle je n’étais pas équipé. Voici les coordonnées du point : 17° 38.4463′ S: 149° 27.5059′ W. Un grand merci à mon guide Teremoana de m’avoir aidé ! ».

Et pour ceux qui douteraient de leur capacité à explorer le monde, Chris Brown l’assure : « tout le monde peut explorer, il suffit de sortir de sa zone de confort. L’exploration ne doit pas forcément être riche ou dangereuse, explique-t-il Ce que vous pouvez faire déjà, c’est trouver le point 0 de chaque pays, le PK 0″. À Tahiti par exemple, il se trouve à la cathédrale de Papeete. « Si vous avez envie de vous lancer, allez-y. Faites un premier pas, et puis un autre, etc. »

Dernières news