mercredi 10 août 2022
A VOIR

|

Clôture du 137ème synode de l’Église protestante ma’ohi

Publié le

Une semaine après son ouverture, le 137ème synode de l'Église protestante ma'ohi s'est terminé ce dimanche, dans le 2ème arrondissement, à Faa'a. Plus d’une dizaine de pistes de discussions ont été proposées aux participants tels que la création d'un gouvernement ma'ohi ou encore l'augmentation du coût de la vie.

Publié le 31/07/2022 à 16:32 - Mise à jour le 04/08/2022 à 9:41
Lecture 3 minutes

Une semaine après son ouverture, le 137ème synode de l'Église protestante ma'ohi s'est terminé ce dimanche, dans le 2ème arrondissement, à Faa'a. Plus d’une dizaine de pistes de discussions ont été proposées aux participants tels que la création d'un gouvernement ma'ohi ou encore l'augmentation du coût de la vie.


C’était l’un des rassemblements religieux les plus importants de l’année : le 137e synode de l’Église protestante ma’ohi. L’organisation de l’événement étant confiée chaque année à l’un des 8 arrondissement de l’Eglise, cette année, c’est le 2ème arrondissement, qui englobe les communes de Faa’a jusqu’à Teahupoo, qui a accueilli l’ensemble des fidèles de l’Église. Pendant toute une semaine, les hauts responsables de l’Église se sont donc réunis à la salle omnisport de Piafau, à Faa’a, sur plusieurs thématiques.

Ce dimanche, les responsables de l’l’Église protestante ma’ohi, ont présenté leurs pistes de réflexions. Ils indiquent souhaiter que le 2 juillet, date de commémoration du premier essai nucléaire, soit un jour férié. Mais ce qui interpelle dans les conclusions de ce synode, c’est leur demande concernant l’enseignement du fait nucléaire dans les écoles. Le synode estime que ce qui est actuellement dans les ouvrage n’est pas suffisant et demande à ce que les écoles utilisent les supports de l’association Moruroa e tatou. Aussi, suite à l’abaissement des notes du baccalauréat de certains élèves du lycée Samuel Raapoto, le synode a décidé de déposer un recours contre l’État français et le vice-rectorat pour protester contre le système d’harmonisation des notes, qu’il estime être un manque de considération du travail fourni par les élèves.

Autre demande du synode : la reconnaissance de la graphie de l’Église protestante maohi dans l’enseignement du reo tahiti dans les établissements scolaires et à l’Université “comme vecteur de la connaissance et de la sagesse d’un peuple”. Les responsables de cette église veulent que le choix soit laissé aux établissements d’utiliser soir la graphie de l’Académie tahitienne, soit la leur.

Et pour le synode qui souhaite que l’identité du peuple maohi soit reconnue, il est temps de fonder un gouvernement maohi car cela “correspond à une volonté divine” : “Il faut le comprendre au travers de la Bible. C’est un gouvernement de Dieu. C’est Dieu qui se manifestera. (…) On attend que le Seigneur nous dise à quel moment il viendra établir son royaume. (..) Nous, on ne fait pas de la politique, nous sommes là pour que la volonté de Dieu soit accomplie” a précisé François Pihaatae, président de l’Église protestante ma’ohi.

Malaise après les conclusions du synode :

“L’Église protestante ma’ohi est sur l’idée que la souveraineté est déjà présente, mais que l’État français doit se détacher et laisser le peuple polynésien accéder à sa pleine souveraineté. Il y a cette volonté de retrouver cette identité, pas uniquement dans les mots, dans le discours, mais au quotidien, que ce soit dans la gestion des terres, que ce soit sur une loi qui soit fondée sur les réalités polynésiennes et non ce qui se passe en France” a ajouté pour sa part le député Tematai Le Gayic, présent au synode.

Lors de cette semaine de réflexion il a aussi été question de migration : “le synode s’associe à la voix divine en ces terme : peuple ma’ohi, soyez féconds, multipliez, remplissez Ma’ohi Nui de vos descendances diverses et éduquez-le” ; mais aussi de l’augmentation du coût de la vie : “le synode exhorte le gouvernement à arrêter de faire endosser au peuple ma’ohi ses propres créances. Le synode demande aussi à la France de reconnaître et de s’acquitter de ses dettes auprs du peuple ma’ohi” ; de patrimoine ancestral et éternel du ma’ohi ; ou encore de la célébration des 60 ans de l’autonomie de l’Église protestante maohi, dont la date est fixée au 1er septembre 2023.

Le 138ème synode de l’Église protestante ma’ohi se tiendra en 2023, dans le 3ème arrondissement.

infos coronavirus