mercredi 17 août 2022
A VOIR

|

Des lycéens de Samuel Raapoto contestent la baisse de leurs notes de baccalauréat

Publié le

"On reste sur un sentiment de frustration et de colère" : après avoir consulté leurs relevés de notes sur l’application nationale Cyclades, 4 classes de 1ère du lycée Samuel Raapoto ont constaté une baisse des points dans leur moyenne générale de l’année dans deux matières. Une trentaine de parents et élèves se sont réunis ce mardi devant le vice-rectorat pour se faire entendre.

Publié le 12/07/2022 à 17:21 - Mise à jour le 19/07/2022 à 13:30
Lecture 2 minutes

"On reste sur un sentiment de frustration et de colère" : après avoir consulté leurs relevés de notes sur l’application nationale Cyclades, 4 classes de 1ère du lycée Samuel Raapoto ont constaté une baisse des points dans leur moyenne générale de l’année dans deux matières. Une trentaine de parents et élèves se sont réunis ce mardi devant le vice-rectorat pour se faire entendre.

Mise à jour du 19 juillet : une trentaine de recours ont été déposés mardi 19 juillet auprès du vice-rectorat. Les élèves et parents d’élèves des classes de 1ère du lycée Samuel Raapoto en appellent à la “bienveillance de la ministre” de l’Éducation.

C’est au travers des réseaux sociaux que les élèves de première du lycée Samuel Raapoto ont été appelés à manifester au vice-rectorat. Sur la centaine d’élèves concernés, une trentaine a fait le déplacement comme Natuanui : “D’abord, c’était un camarade qui avait signalé le problème sur Instagram. Ensuite, je suis allé vérifier par moi-même et j’ai constaté que mes résultats avaient baissé de deux points donc je n’étais pas vraiment content, je me suis dis que j’ai travaillé et mes points ont baissé comme ça sans aucune raison”.

Au cœur de la discorde, l’harmonisation des notes du contrôle continu d’histoire-géographie et d’Enseignement Moral et Civique (EMC). Si certains élèves ont connu une harmonisation à la hausse, d’autres ont perdu 2 points sur leur moyenne, parfois plus.

Le problème du dossier Parcoursup

Les parents et élèves avaient prévenu lundi de leur intention de se présenter au vice-rectorat à 9 heures afin d’avoir des explications. Les représentants du Vice-recteur et de la ministre de l’Éducation, de la jeunesse et des sports ont ensuite accepté de les recevoir. Ce sont trois parents et deux délégués des élèves qui ont finalement été invités à discuter pendant près d’une heure : “On a été très bien reçu par le vice-rectorat. C’est déjà un très bon point à souligner. En tant qu’élève, personnellement, on a eu des réponses à certaines questions, mais on ne comprend que les grandes lignes parce que ça reste de l’administration française. On reste sur un sentiment de frustration et de colère”.

Malgré l’incompréhension du système d’harmonisation des notes, les élèves espèrent pouvoir faire modifier leurs notes. Certains se montrent plus sceptiques, comme Ambre : “Je n’ai pas la certitude que ça va changer parce que ça vient de là-haut… C’est facile de dire que ça vient de là-haut et de ne rien faire. C’est compliqué pour nous qui bossons toute l’année, les profs, nos parents qui nous rabâchent tous les jours qu’il faut y aller à fond parce que ça compte 40% dans la moyenne pour le bac, sachant qu’il y a Parcoursup derrière. Les 2 points peuvent nous faire changer de mention, c’est énorme“.

“On va faire un recours auprès du vice-rectorat”

Sandrine Guyonnet, parent d’élève

Si la décision finale revient à l’éducation nationale, les parents n’ont plus qu’à se mobiliser pour demander réparation. C’est ce que compte faire Sandrine Guyonnet, parent d’élève : “La prochaine étape, c’est qu’on va faire un recours auprès du vice-rectorat, chaque parent est invité à adresser un courrier. On va élaborer un courrier type pour faire un recours contre ce système d’harmonisation qui a fait baisser les notes de quasiment toutes les 1ères de Samuel Raapoto”.

Le vice-rectorat n’a pas souhaité s’exprimer directement. Dans un communiqué, il rappelle que l’harmonisation des notes du contrôle continu s’inscrit dans un cadre réglementaire et qu’il ne doit pas remettre en cause la reconnaissance nationale du bac. En cas de litige, une commission peut procéder à l’harmonisation des notes à la hausse comme à la baisse.

infos coronavirus