vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

ADT : « Il ne faut pas sous-estimer l’impact de cette grève sur l’image du pays », pour le DG d’Air France-KLM Amérique du Nord

Publié le

Publié le 30/05/2017 à 15:50 - Mise à jour le 30/05/2017 à 15:50
Lecture 2 minutes

Le directeur général d’Air France KLM Amérique du Nord, Marnix Fruitema, vient d’effectuer sa 5ème visite en Polynésie française. Un pays, que ce hollandais d’origine apprécie beaucoup. Il recommande souvent la destination à tous ceux qui aiment Hawaii : La Polynésie française est deux fois plus belle que Hawaii. Il y a une différence : la grève ». Un mouvement dont Marnix Fruitema a pu prendre connaissance dès son arrivée : « La première chose que j’ai vu en arrivant à Bora Bora, c’était la couleur bleue impressionnante… et en arrivant à Papeete, c’était la grève ».  Fin connaisseur du secteur américain, il prévient : ll faut faire très attention, on peut casser l’image de la destination d’un jour à l’autre. On l’a vu avec l’échec de United… Et ce produit ne mérite pas ça! La Polynésie est trop belle pour avoir une image détruite. Il n’y a pas seulement Air France qui profite de l’essor du tourisme américain. Les hôteliers du fenua, les restaurants, les compagnies aériennes… »

Marnix Fruitema craint que les agences de voyages blacklistent la destination : « Le pouvoir des agences de voyages est fort. Elles peuvent recommander une destination, mais elles peuvent aussi tirer la sonnette d’alarme en prévenant : « attention, à Papeete, il y a des problèmes, prenez un autre produit! ». D’autant qu’il y a d’autres produits de luxe, haut de gamme, qui sont très bons. C’est le cas au Mexique, aux Caraïbes, et à Hawaii… Il faut faire attention et ne pas sous-estimer l’image que cette grève peut avoir sur l’extraordinaire produit « Polynésie française ». On est en train de recevoir des appels de gens qui s’inquiètent « J’ai acheté un billet pour le mois de juin Denever-Los Angeles – Papeete, que se passe-t-il? » C’est un petit feu qui peut se développer et ce n’est pas bon ». 

Malgré tout, le directeur général du groupe Air France KLM Amérique du Nord indique avoir confiance dans le produit touristique polynésien. « On a beaucoup investi sur ce marché. On a fait des promotions, avec des résultats impressionnants. En 2016, on a vu les réservations augmenter de 20%, et on s’attend à la même chose pour 2017. »  

Car depuis l’an dernier, les voyageurs peuvent depuis réserver un billet unique, depuis leur escale de départ jusqu’à leur arrivée à destination, incluant le trajet long-courrier avec Air France, et inter-îles avec Air Tahiti.

Mardi, Marnix Fruitema a rencontré Nicole Bouteau et l’a invitée au lancement du prochain numéro du Delta Vacation Magazine : LE grand catalogue touristique américain. Une sortie lors de la Delta Vacations University où la destination sera présentée auprès de 3000 agents de voyages lors d’une séance dédiée. Cet événement offrira une visibilité sans précédent à Tahiti Et Ses îles.  
 
Laure Philiber 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV