A VOIR

|

Sécurité routière: piqûre de rappel avant un week-end de fête

Publié le

Le taux d’accidents mortels en Polynésie est deux fois plus élevé qu’en métropole, ce triste constat s’explique notamment par les nombreux comportements irresponsables, des usagers des routes polynésiennes.

Publié le 30/12/2022 à 17:12 - Mise à jour le 30/12/2022 à 17:12
Lecture < 1 min.

Le taux d’accidents mortels en Polynésie est deux fois plus élevé qu’en métropole, ce triste constat s’explique notamment par les nombreux comportements irresponsables, des usagers des routes polynésiennes.

Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire, mais il est loin d’être respecté par tous. La semaine dernière encore, un homme est malheureusement décédé, car il ne l’avait pas attachée. En cas de contrôle, son absence est passible d’une amende de 16 100 francs.

Deuxième comportement à risque : beaucoup d’équipements pour attacher les enfants en bas âge, sont défectueux, voire inexistants. Pire encore, certains enfants sont assis, parfois sur les genoux d’un adulte, sans ceinture. Depuis 2003, il est obligatoire d’installer les enfants de moins de 10 ans ou mesurant moins d’1 m 50 dans un siège homologué. Rappelons que la première cause de mortalité chez les enfants de moins de 10 ans est lié aux accidents de la circulation.

Concernant les deux-roues, on dénombre deux infractions récurrentes : l’absence de casque ou le port d’un casque non adapté. L’amende pour ce type d’infraction varie en fonction du véhicule, allant de  4 150 Fcfp à 16 100 Fcfp. De plus, le surnombre de passagers met bien souvent les enfants en première ligne. Tout passager non autorisé par la réglementation, est passible d’une amende de 8 100 xpf. Le transport d’un enfant de moins de 5 ans  en deux-roues doit également s’effectué via un siège adapté.

L’alcool, les stupéfiants et l’excès de vitesse sont les principales causes d’accidents mortels, sur les routes du fenua. Une conduite sous l’emprise de stupéfiants ou de l’alcool (0.50mg par litre de sang), est passible de différentes poursuites qui sont fixées par le procureur de la république. En cas d’excès de vitesse, les amendes varient, généralement entre 8 100 Fcfp et 16 100 francs.