Européennes 2024 : Éric Minardi, 41e de la liste RN : « Je ne suis pas un politique à la base »

Publié le

Après un mandat de deux ans au Parlement européen, Éric Minardi se présente à nouveau aux élections européennes avec le Rassemblement National. Reculé, à sa demande, au 41e rang de la liste de Jordan Bardella, il ne devrait toutefois pas obtenir de siège. Retour sur le bilan de l'eurodéputé et ses propositions de campagne.

Publié le 31/05/2024 à 15:08 - Mise à jour le 31/05/2024 à 15:11

Après un mandat de deux ans au Parlement européen, Éric Minardi se présente à nouveau aux élections européennes avec le Rassemblement National. Reculé, à sa demande, au 41e rang de la liste de Jordan Bardella, il ne devrait toutefois pas obtenir de siège. Retour sur le bilan de l'eurodéputé et ses propositions de campagne.

Il siège depuis juin 2022 au Parlement européen. Débarqué à Strasbourg en remplacement de Joëlle Mélin, élue députée aux élections législatives de 2022. Éric Minardi, eurodéputé sortant du Rassemblement National, s’est notamment investi dans la Commission du développement régional, pour défendre les intérêts des Polynésiens à l’Union européenne.

En 2019, le Rassemblement National obtient 22 sièges au Parlement européen. Eric Minardi, alors 25e sur la liste, n’est investi qu’à mi-mandat. Deux ans pendant lesquels il travaille « principalement sur l’eau potable » , l’Union européenne et le gouvernement Fritch ayant signé en février 2023 avec le Fonds européen de développement (FED) la convention d’appui à la gestion de l’eau en Polynésie française, pour un budget de 3,7 milliards de Fcfp.

Lire aussi – La Polynésie reçoit 3.7 milliards de Fcfp de l’Union européenne pour sa gestion de l’eau

Toutefois, la 41e position d’Éric Minardi sur la liste menée par Jordan Bardella réduit significativement ses chances de siéger à nouveau. Un rang qu’il revendique être un choix personnel.

« Je vis en Polynésie depuis presque 40 ans, j’ai mes affaires ici, je ne suis pas un politique à la base, rappelle celui qui a fondé Pilot Energy en 1986, et Fenua Communication dans les années 2000. Aujourd’hui, les gens vont certainement prendre la suite, et encore, il n’est pas dit qu’en 41e place, je ne sois pas réélu. J’ai demandé à Jordan Bardella de ne pas être dans la short-list » .

En cas d’élection, le candidat nationaliste siègerait au sein du groupe parlementaire Identité et Démocratie. Avec comme priorité : la défense des enjeux polynésiens, notamment en matière d’infrastructures. « Si l’Union européenne est d’accord pour financer cette route traversière entre Faa’a et Taravao, je pense que ça peut apporter énormément pour l’économie locale, pour les travailleurs, pour l’agriculture et pour le tourisme. C’est un projet qui peut être très intéressant » , conclut-t-il.

À quelques jours de l’élection, la liste du RN conserve sa confortable avance dans les sondages. Le parti est à 31% des intentions de vote, selon l’Ipsos.

Dernières news

Activer le son Couper le son